Le New York Times a publié dimanche un rapport sur les dernières émeutes en Iran, selon lequel au moins 180 personnes auraient été tuées et probablement des centaines d’autres victimes de la répression des manifestations.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Les émeutes ont éclaté le 15 novembre, quelques heures après l’annonce du prix de l’essence qui passerait à 15 000 rials par litre (12 cents) sur les 10 000 premiers litres, et à 30 000 rials le carburant supplémentaire acheté .

Selon Amnesty International, au moins 146 manifestants ont été tués dans tout l’Iran après que leurs dirigeants aient ordonné aux forces de sécurité d’écraser les manifestations, mais ce nombre serait plus élevé. Il est difficile d’obtenir des chiffres officiels en grande partie parce que le régime iranien a bloqué l’accès à Internet pendant la répression.

D’après des témoignages et des vidéos, le New York Times rapporte que les forces de sécurité ont réagi aux manifestations en ouvrant le feu sur des manifestants non armés, principalement des jeunes chômeurs ou des jeunes hommes entre 19 à 26 ans. Dans la seule ville de Mahshahr, dans le sud-ouest du pays, des témoins et des membres du personnel médical ont déclaré que des membres des Gardes de la révolution islamique avaient encerclé, tué par balle 40 à 100 manifestants, principalement des jeunes non armés, dans un marécage où ils s’étaient réfugiés.

« Le recours récent à la force meurtrière contre des personnes à travers le pays est sans précédent, pas même pour la République islamique ou pour ses antécédents de violence », a déclaré Omid Memarian, directeur adjoint du Iran Human Rights Center, un groupe basé à New York.

Au total, 180 à 450 personnes, voire davantage, ont été tuées au cours de quatre jours de violences intenses après l’annonce de la hausse du prix de l’essence le 15 novembre. Au moins 2 000 blessés et 7 000 détenus, selon les organisations internationales de défense des droits de l’homme, les groupes d’opposition et les journalistes locaux.

La dernière grande vague de manifestations en Iran, qui a eu lieu en 2009 après des élections contestées au cours desquelles le président Mahmoud Ahmadinejad a été réélu, a également fait l’objet d’une répression meurtrière et a fait 72 morts sur une période de 10 mois.

L’Iran a blâmé les émeutes « de voyous » soutenues par ses ennemis étrangers, notamment les États-Unis, Israël et les Moudjahidine du peuple d’Iran, un groupe d’opposition armé en exil qui se considère comme un culte « terroriste ».

La semaine dernière, le chef suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a déclaré que son pays avait déjoué un complot « très dangereux » dans les manifestations violentes.

Les gardes de la révolution d’Iran ont arrêté une centaine de responsables de la manifestation et ont déclaré qu’ils agiraient pour les punir sévèrement.

Le vice-président iranien, Eshaq Jahangiri, a mis en garde les pays de la région contre les « conséquences désastreuses » s’il était démontré qu’ils s’ingéraient pour attiser le malaise dans leur pays.

Le copié collé des contenus pour les sites et blogs est interdit, seul le lien URL est autorisé . Contactez nous en cas de besoin : [email protected]

Abonnez vous à notre Newsletter Infos-Israel.News

Entrez votre émail:

IMPORTANT :

Nous subissons actuellement une censure abusive de notre Page Facebook . Par sécurité nous avons mis en ligne une autre Page de secours, veuillez la liker et la faire connaitre à vos amis et proches au cas ou l'actuelle sera fermée.

Nous respectons les droits d'auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d'auteur sur nos photographies. Si vous avez identifié une photo sur laquelle vous possédez des droits, vous pouvez nous contacter et demander de cesser d'utiliser l'adresse e-mail: [email protected]

Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !