40 ans après l’operation Sabena, Netanyaou et Barak s’expriment.(en images)

« Le scénario tant redouté par la sécurité israélienne, pensant que le Sinaï deviendra une zone de lancement de missile est de plus en plus précise »

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

🟦 ANNONCE 🟦

Netanyahou s’est exprimé sur l’envoi d’un[intlink id= »4613″ type= »post »] Grad sur Eilat[/intlink], hier soir, lors d’une conférence marquant le 40e anniversaire de l’opération Sabena.

Pour rappel,  Sabena, est le  détournement d’un avion le 8 mai 1972 de  la compagnie aérienne belge Sabena Flight 571 de Bruxelles avec une escale à Vienne à l’aéroport de Lod , il a été détourné par des terroristes lors du Septembre Noir et a atterri à l’aéroport de Lod. L’avion a été libérée après une journée d’action par un commando israélien dirigé par Ehoud Barak.(l’équipe de GSRC)

Netanyaou a voulu ajouté lors de la commémoration à cet événement, son avis sur  la situation sécuritaire du sud du pays :

 » Nous frapperons, ceux qui veulent nous faire du mal « 

Le premier ministre a déclaré après avoir prit connaissance qu’un grad est tombé à  Eilat:

«Nous assistons à une nouvelle zone de  lancement de missile contre des civils en Israël, celle du Sinaï. Nous avons mis en place une clôture, et nous attraperons les terroristes. Nous allons cibler nos ennemis ….».

 

Netanyahou, s’est aussi exprimé sur l’événement marquant cette réunion:  la Sabena, l’opération d’un commando israélien en 1972 :

« Nous savons tous ce qu’a fait ce commando pour libérer les passagers…..et leur contribution à la sécurité de notre État…leur volonté inébranlable  et la volonté de prendre des risques pour atteindre l’objectif que nous connaissons et qui caractérise l’armée israélienne au cours de toutes ces générations »

Pendant le discours , le ministre de la Défense Ehoud Barak a raconté l’opération du sauvetage audacieux mené par les troupes des forces spéciales, tout en étant chef de cette unité d’élite. En outre, il également ajouté concernant le grad envoyé sur Eilat :

« A ce stade, nous ne savons pas, qui est derrière la fusillade, mais c’est grave. C’est une nouvelle preuve que la terreur n’est pas terminée. Je suppose que dans les heures ou les jours nous saurons exactement  qui est derrière cette organisation. Analyser et répondre ensuite. «