Allemagne : des restes de femmes décapitées et conservés par un médecin nazi seront enterrés à Berlin 74 ans plus tard

Plus de 300 échantillons de tissus de personnes assassinées par les nazis et conservés par un médecin de Berlin seront inhumés lors d’une cérémonie à Berlin le 13 mai, 74 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, a rapporté dimanche le journal Bild.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Les échantillons minuscules ont été découverts en 2016 dans la succession du professeur d’anatomie Hermann Stieve de l’Université de Berlin, qui avait recueilli les corps de combattants allemands antinazis, parfois quelques minutes à peine après leur mort à la prison de Berlin-Ploetzensee.

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

Stieve, décédé des suites d’un accident cérébrovasculaire en 1952, a disséqué les recherches sur les corps des victimes, principalement des femmes, puis les a incinérées et inhumées, parfois dans des fosses communes.

Les échantillons – la plupart de moins d’un millimètre de long – ont été trouvés dans de petites boîtes noires et certains portaient les noms des victimes, a rapporté Bild.

Le médecin a tenu des registres minutieux de 184 autopsies, dont 172 femmes. Stieve a disséqué 13 des 18 femmes décapitées par les nazis pour leur travail dans le groupe de résistance « Red Chapel », a rapporté le journal.

Stieve s’intéressait particulièrement à l’anatomie de la reproduction ; une des principales raisons pour lesquelles tant de victimes sur sa liste étaient des femmes.

Le partage de nos articles est autorisé par les autres sites avec les conditions suivantes :

Un seul paragraphe publié et diriger le lecteur vers notre site source.

Nous demandons cela car le manque d'audience d'un site le met en danger et aussi par professionnalisme. En effet, nous sommes en ligne depuis 10 ans et partageons avec grand plaisir nos articles.

Merci de respecter nos conditions.

   

🟦 ANNONCE 🟦