Le professeur Zohar Amar encourage ses petits-enfants à manger une sauterelle de temps en temps pour maintenir la tradition familiale.

Résultat de recherche d'images pour "Zohar Amar"

Soutenir Infos-Israel.News, c'est soutenir les médias indépendants

Résident de Neve Tzuf et chargé de cours au Département d’études terrestres d’Israël et d’archéologie à l’Université Bar-Ilan, le Pr Amar est spécialisé dans l’identification des plantes et des animaux de la Bible. Il est également un expert de l’histoire de la médecine juive à travers les âges, de l’agriculture ancienne, du papier, des pierres précieuses, de l’encens, des herbes médicinales traditionnelles utilisées par les juifs yéménites et éthiopiens, et des traditions de kashrut de diverses communautés juives.

Le site Jewish Press (Presse Juive) a interviewé le Professeur :

Presse juive : si le Beit HaMikdash était reconstruit aujourd’hui, aurions-nous tous les ingrédients nécessaires pour la offrir la ketoret ?

M. Amar : Oui, mais cela dépend de l’opinion que vous acceptez. Tout le monde n’est pas d’accord sur l’identité des ingrédients. Par exemple, il y a un désaccord concernant le « mor » – qu’il soit dérivé d’un arbre appelé Ketoret ou qu’il provienne d’un animal et soit le parfum appelé « musc ».

Après des années de recherche et d’investigation, nous pensons avoir découvert tous les éléments nécessaires du ketoret. Le moment venu, les Sages, ou Eliahu, pourront étudier nos découvertes et conclure si nos identifications sont exactes.

Presse juive : Veuillez excuser la question, mais certains jeunes insistent aujourd’hui sur le fait que le cannabis était un ingrédient du ketoret, citant des sources qui affirment que l’odeur de l’ancien ketoret a fait sourire les gens toute la journée.

M. Amar : Il n’y a absolument aucun dossier biblique ou découverte scientifique pour corroborer une telle affirmation.

Presse juive : Passons au ver shamir, le puissant tailleur de roches des rochers géants du Temple. A-t-on jamais trouvé une telle créature ?

M Amar : Il existe une espèce d’escargot appelée « ochliot » qui pénètre dans les pierres et forme des tunnels et des cavernes étroites. Peut-être, cette créature est le ver shamir des jours bibliques, ou un parent.

Presse juive : Vous avez travaillé pour enregistrer le « mésorot » concernant divers animaux casher qui ont été mangés dans le passé mais qui ne le sont pas aujourd’hui. Quelles espèces d’animaux avez-vous traitées ?

M Amar : Nous avons documenté les traditions de consommation de perdrix, de pintades et de faisans, de cailles, de moineaux et d’autres oiseaux chanteurs, ainsi que de mammifères tels que cerfs, gazelles, buffles et criquets casher.

Après avoir identifié et classifié les espèces, nous interrogeons les anciens de la communauté pour en savoir plus sur les traditions héritées de leurs ancêtres. Étant donné que l’ancienne génération ne sera pas là pour toujours, la collecte de ces informations est vitale pour garantir la fiabilité de la transition.

Presse juive : Avez-vous déjà mangé des sauterelles ?

Oui, dans la tradition de mes grands-parents et ancêtres au Yémen, et en consultation avec d’éminents érudits de la Torah comme Rav Shlomo Machpud, chef de la kashrut pour le Badatz, qui a examiné nos recherches et goûté une sauterelle avec nous.

Presse juive : Récemment, nous avons lu sur la peste des criquets dans l’Égypte ancienne avant l’Exode, et dans la même semaine, nous avons vu des photographies d’essaims de sauterelles noircissant le ciel de l’Afrique. Ces sauterelles sont-elles casher ?

Les essaims qui dévorent tout sur leur passage sont appelés criquets du désert. Ils nous ont rendu visite en Israël il y a quelques années, ce qui nous a donné l’occasion de les étudier et de les manger.

La Torah répertorie quatre variétés de criquets casher. La Gemara en mentionne huit, mais nous ne savons pas comment les identifier. En pratique, le seul type mangé est le criquet pèlerin du désert.

Il est important de noter que leur kashrut est déterminée par une tradition transmise, et non à partir des signes mentionnés dans les textes halakhiques. Les Juifs qui n’ont pas la tradition de manger des sauterelles ne les mangent pas. Mais si vous visitez une communauté juive au Yémen ou en Israël, vous êtes libre de faire comme les Yéménites.

Presse juive : Combien de criquets du désert devez-vous manger pour se sentir rassasié ?

Je ne sais pas si vous pouvez vous sentir rassasié, mais les manger peut vous garder en vie lorsque vous n’avez pas d’autre nourriture. Au Yémen, lorsqu’il n’y a pas eu de famine, le criquet a été mangé en complément du repas. Ils ne sont pas sucrés, vous ne pouvez donc pas les appeler un dessert, mais ils sont savoureux lorsqu’ils sont salés ou frits. Beaucoup de gens les mangent comme des noix ou des graines.

Dans la Guemara, la question est posée: quelle bénédiction est récitée avant de manger des sauterelles ? La réponse est shehakol. Le rabbin Yehuda demande comment peut-on faire une bénédiction pour quelque chose qui vient comme une malédiction. L’explication est qu’en période de famine, un essaim de sauterelles sauve des vies. Par conséquent, nous récitons la bénédiction.

Presse juive : Comment sont-ils mangés ?

Les pattes avant et arrière sont enlevées avec les ailes. Ensuite, le corps est mangé, parfois avec la tête, parfois sans, selon ses préférences.

Presse juive : Vous avez aidé à restaurer la kashrut du buffle d’Asie. Comment est-ce arrivé ?

Après un projet de recherche approfondi sur les traditions de l’abattage du buffle d’Asie en Israël et à l’étranger, un comité avec lequel j’ai travaillé a présenté ses conclusions à l’ancien grand rabbin d’Israël, Rav Shlomo Amar, et il a déclaré que le buffle d’Asie était casher.

Il a inspecté plusieurs animaux au Moshav Bitzaron et a observé un troupeau dans la réserve naturelle de Hula. Les éleveurs de boeuf ont demandé l’autorisation d’élever le buffle, bubalus bubalis, qui est connu sous son nom arabe, jamus, afin de commercialiser le boeuf pour la consommation.

Selon les données de la période du mandat britannique, 5 000 de ces buffles ont été élevés en Israël par des Arabes jusqu’à la création de l’État juif. J’ai interviewé plusieurs shochtim à la retraite qui ont pratiqué la shechitah et j’ai témoigné que la viande était consommée dans les communautés religieuses à travers le pays, y compris Bnei Brak. Pendant la guerre d’Indépendance, les éleveurs de buffles arabes ont abandonné l’entreprise. Aujourd’hui, il ne reste qu’un petit nombre de buffles dans la réserve naturelle de Hula.

Jusqu’à ce que le rabbin Amar examine notre documentation et rende sa décision, le buffle  n’avait pas été abattu en Israël au cours du dernier demi-siècle, et le grand rabbinat ne lui avait pas accordé l’approbation de la cacheroute, de sorte que la tradition devait être rétablie.

Fait intéressant, en Italie, les produits de mozzarella casher proviennent du lait de bufflonne.

Presse juive : Vous avez publié un livre sur l’art de guérir de Rabbi Haim Vital, le premier élève de l’Arizal. Peuvez-vous nous révéler quelques secrets ?

Pas si vous cherchez des remèdes miracles. Les extractions de plantes, d’herbes, d’huiles, de minéraux et similaires étaient quelque peu différentes il y a 500 ans, tout comme les divers facteurs qui influencent la santé d’une personne. Il a laissé un manuscrit expliquant les méthodes qu’il a utilisées pour guérir les gens. Il s’appuie sur les traditions médicales gréco-arabes de son temps, également utilisées par les Rambam, et sur sa propre expérimentation.

Presse juive : Certaines personnes s’appuient aujourd’hui sur les recommandations médicales du Rambam. Qu’en pensez vous ?

Il y a un désaccord sur cette question. Certains disent oui, d’autres disent non. Vous pouvez trouver toutes sortes d’opinions sur Internet. Il se pourrait que suivre les conseils de tsadikim comme le rabbin Haim Vital et le Rambam ait un effet curatif beaucoup plus important que si vous ou moi prescriviez les mêmes élixirs, exercices et régimes.

Il est important de noter que le Rambam s’est appuyé sur la connaissance de son temps et sur les pratiques courantes en Espagne et au Maroc. Je suis certain que s’il vivait aujourd’hui, il ne tiendrait pas à 100% à ses propres écrits médicaux et intégrerait à son système les nombreuses découvertes de l’ère moderne.

Presse juive : J’ai lu que vous avez une mezouza dans votre maison écrite sur la peau d’une girafe. Comment est née cette curiosité ?

Même si une girafe est un animal casher, nous ne mangeons pas de viande de girafe aujourd’hui car c’est une espèce protégée. Cependant, comme l’animal est casher, sa peau peut être utilisée comme parchemin pour écrire le mezuzot et le Sifrei Torah. Les Juifs du Yémen avaient pour tradition de tanner la peau pour produire des « gvilim », qui sont les parchemins utilisés pour les textes sacrés.

Les Rambam et Rabbeinu Tam déclarent tous deux que les parchemins peuvent être produits à partir d’animaux casher tachés. Par conséquent, dans nos efforts pour reproduire les traditions yéménites, nous avons utilisé une girafe morte au zoo de Ramat Gan Safari. Depuis la girafe a la plus épaisse peau de tout animal, la peau doit être coupée en morceaux minces pour permettre au Sofer l’encre d’être absorbé correctement.

L’importance de cette entreprise n’était pas d’élargir les sources de parchemins casher. Étant donné que la girafe est une espèce protégée, les gvilim fabriqués à partir de peau de girafe n’inonderont pas le marché. La valeur réside dans la re-confirmation des traditions de notre passé et la validation des directives que nous utilisons aujourd’hui.

Presse juive : Je ne sais pas si vous êtes également engagé dans l’archéologie des civilisations passées, mais avez-vous déjà rencontré des preuves factuelles pour soutenir l’affirmation des Palestiniens selon laquelle ce sont les Philistins d’origine qui ont habité le pays de Canaan avant les Juifs ?

Ce n’est pas mon domaine, mais je peux vous assurer que cette affirmation est totalement absurde. Les Palestiniens ne sont en aucun cas liés aux anciens Philistins. Le peuple palestinien, si une telle chose existe, est une création politique fictive, se référant à des tribus d’Arabes nomades qui n’ont jamais détenu la souveraineté sur la Terre d’Israël.

Les clans ont commencé à apparaître en Israël après la première Aliyah. Il n’y a pas de traces ou d’artefacts anciens des Palestiniens car il n’y a jamais eu de peuple palestinien à cette période.

Nous avons lancé une chaîne officielle Telegram avec les informations les plus importantes et les articles les plus intéressants. Rejoignez le lien:  https://t.me/infoisraelnews

🔯Visitez nos autres sites🔯

✔️RakBeIsrael.buzz :   Les bonnes nouvelles d’Israël et les meilleurs conseils

✔️Ougasheli.com : Les recettes faciles pour toute la famille et les gourmands ! ✔️CQVC.online : Ce qu'on vous cache sur les médias (contre la désinformation) ✔️Alyaexpress.News : Tous nos sites réunis ✔️SOS NETIVOT : Toutes nos opérations avec la Roulotte du Hayal (soutien à Tsahal) ✔️IsraelChrono.com : Vos achats pour booster les petites entreprises israéliennes
Comment ajouter notre site sur l’écran d’accueil de votre téléphone ?
C'est très simple !
– Pour Android :
Rendez vous sur notre site : https://infos-israel.news/
Tapez sur le menu du navigateur, en haut, à droite de votre écran (3 points sur Google chrome)
Tapez sur « Ajouter à l’écran d’accueil »
– Pour Iphone :
Rendez vous sur notre site : https://infos-israel.news/
Cliquez le bouton « Partager » (carré en bas de l’écran, d’où sort une flèche)
Tapez sur « Sur l’écran d’accueil »
Tapez sur « Ajouter »

Pour le partage des articles sur votre site, contactez nous par avance (seul le lien URL est autorisé): sud.israel@yahoo.fr

Nous respectons les droits d'auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d'auteur sur les images mais aussi les sources. Si vous avez identifié une photo ou une source sur laquelle vous possédez des droits d'exclusivités, vous pouvez nous contacter et nous ferons le nécessaire pour modifier ou supprimer : sud.israel@yahoo.fr