Dés le 22 novembre, Tnouva augmente à nouveau les prix d’une centaine de produits

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

🟦 ANNONCE 🟦

La mise à jour des prix entrera en vigueur la semaine prochaine, à partir du 22/11/2022. « Tous les prix à la consommation sont fixés par les détaillants à leur discrétion, et sans l’intervention de Tnouva », affirme la laiterie.

Parmi les produits dont les prix vont augmenter : tous les fromages salés comme la marque Pirous, les fromages jaunes en rayon dont l’Emek, le Gilboa et le Gush Halav, le beurre, les fromages spéciaux comme le fromage de chevre, les gourmandises laitières comme le Carlo, le Buddy et le Yolo, les boissons lactées et certains yaourts sous les marques Tnouva et Yoplait. Parmi les produits de remplacement du lait (Soya) dont les prix pour les détaillants et le marché institutionnel seront mis à jour : certaines boissons de soya, boissons à l’avoine, produits de tofu, substituts de fromage, substituts de yogourt et gourmandises.

En raison du refus de certaines chaînes de commercialisation de mettre à jour les prix des produits comme l’exigeait la société Unilever, la société a boycotté les supermarchés et il y avait une pénurie de certains produits sur les étagères. Certaines entreprises intensifient la protestation et écrivent même des pancartes contre Unilever sur les étagères vides.

« Chers clients, en raison de la désapprobation de Shufersall face à une augmentation de prix, il pourrait y avoir une pénurie de produits Unilever », lisent les panneaux affichés dans les succursales de la chaîne, qui précisent également dans certains cas quels produits sont Unilever. Yonan Beitan a également affiché une signalisation pour leurs clients : « Chers clients, en raison de la lutte des pris chez Yonan Beitan avec le coût de la vie, essayez les produits de remplacement et vous serez agréablement surpris. »

Unilever boycotté perd de l’argent…

Après tout cela, il semble qu’Unilever, qui n’a pas baissé les bras, commence à perdre des bénéfices. Dans ‘Kan’, ils ont annoncé que des parts importantes des ventes des marques de l’entreprise avaient été réduites de plusieurs pourcentages. Par exemple, avec Click, dont les prix en septembre s’élevaient à 3,3 millions de shekels, en octobre, nous constatons déjà une baisse des ventes, qui s’élève à 2,4 %.

Les Cariot, les céréales populaires du petit-déjeuner, sont également passés de 2,3 millions de NIS à 2 millions de NIS. Dans le segment Thelma Cornflakes, il y a eu une diminution de 2,6 millions de NIS à 1,9 million de NIS, et si nous additionnons la valeur de toutes les ventes, en septembre, les ventes générales étaient de 9 millions de NIS, qui ont diminué à 7 millions de NIS en octobre.

|signoff]