Fauda dans les rues de Tel Aviv ? Une unité spéciale de police est créée pour lutter contre le crime organisé dans les quartiers arabes

L’agence de police israélienne a créé une nouvelle unité spéciale « Mistaravim » au style de la série Fauda, ​​mais cette fois la mission ne sera pas la lutte contre le terrorisme et son centre d’opérations ne sera pas dans les territoires palestiniens, mais à l’intérieur d’Israël, dans des villes comme Yaffo, situées au sud de Tel-Aviv ; Lod, Ramla et Umm al-Fahmm.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Sa mission sera de lutter contre le crime organisé et la violence croissante dans la société arabe, a rapporté hier soir la 13e chaîne israélienne.

Cette initiative est une réponse aux protestations de ce secteur de la population contre le problème des actes criminels dans les villes et quartiers arabes.

La formation de la nouvelle unité a commencé plus tôt cette semaine, avec l’espoir que dans quelques mois l’unité sera opérationnelle et commencera à fonctionner dans les quartiers arabes.

L’unité a été créée à l’initiative du commissaire général Kobi Shabtai et du chef des garde-frontières Amir Cohen. Il sera composé de combattants, dont certains ont déjà une expérience dans les territoires palestiniens et à la frontière avec l’Égypte, et se concentrera sur la lutte contre les assassinats, la désorganisation des gangs et la saisie d’armes.

Publicité 

En mars, deux jeunes hommes sont morts dans la ville de Qalanswa dans un conflit entre criminels. À cette occasion, Layat Nasra, 20 ans, et Muhammad Shakker Khatib, 21 ans, sont décédés. Deux autres personnes ont dû être hospitalisées dans un état modéré.

Selon la télévision d’État KAN, Shakker était le frère du directeur général de la municipalité de Qalansawa, Ashraf Khatib, qui a survécu à une tentative d’assassinat il y a deux semaines. Le responsable a déclaré à la presse locale qu’il n’y avait aucun lien entre les deux incidents.

Il a également averti que la violence dans la population arabe était un coup dur pour le pays. « Si l’Etat ne s’implique pas, cela atteindra également la population non arabe », a-t-il déclaré.

À propos de la tentative de meurtre qu’il a subie il y a des semaines, il se souvient : «Je me souviens avoir vu du sang couler sur ma main puis m’être réveillé à l’hôpital. Je n’ai même pas entendu les coups de feu, je n’ai pas vu l’agresseur ».

«Le massacre a causé la mort de deux jeunes gens, qui ont été abattus alors qu’ils étaient chez eux. Des inconnus sont entrés dans la maison, ont coupé le courant et ont commis le crime horrible. Assez de garder le silence face à ces crimes qui nous menacent tous. Nous demandons à tout le monde de se joindre à la prière du vendredi à l’entrée de la ville puis nous appelons à la manifestation. Tout le monde doit participer, ses cris doivent être entendus dans les rues », a été la demande des organisateurs de l’appel.

Depuis le début de 2021, 20 citoyens arabes sont morts dans des événements liés à la violence et à la criminalité, ainsi que six autres personnes qui n’ont pas la citoyenneté israélienne.

Des armes à feu ont été utilisées dans 22 meurtres. 16 des victimes avaient moins de 30 ans et dans trois cas des policiers étaient impliqués.

Le partage de nos articles est autorisé par les autres sites avec les conditions suivantes :

Un seul paragraphe publié et diriger le lecteur vers notre site source.

Nous demandons cela car le manque d'audience d'un site le met en danger et aussi par professionnalisme. En effet, nous sommes en ligne depuis 10 ans et partageons avec grand plaisir nos articles.

Merci de respecter nos conditions.

   

🟦 ANNONCE 🟦