Vous pouvez l’appeler comme vous le souhaitez: Helen, Lila ou Leah.

Lila Jabrin d’um al-Fahm, une mère musulmane de huit enfants, une grand-mère de 30 petits-enfants et quatre arrière-petits-enfants, est née il y a 70 ans sous le nom de Helen Braszecki.

Elle est née à Auschwitz. Un médecin du camp a caché sa famille dans le sous-sol, où ils sont restés pendant trois ans jusqu’à la libération du camp en 1945. Seul quatre enfants nés à Auschwitz ont survécu, cette histoire est inconnue des chercheurs.

En 1948, elle a immigré en Israël dans un navire d’immigration illégale et son nom a été changé pour Leah. Elle a entendu les histoires du camp de sa mère, et l’immigration en Israël :

« Quand nous sommes arrivés en Israël, ils ont dit ‘ne quittez pas les navires parce que les Anglais bombardent toujours Haïfa' », dit-elle. « Nous sommes restés sur le navire pendant six jours, puis nous avons été transférés à Atlit. »

Résultat de recherche d'images pour "הלן ברשצקי""
Photo : Ido Perez – Ynet

Cette année-là, la famille de Muhammad Jabrin a fui son village et s’est installée à Umm al-Fahm. Quelques années plus tard, lui et Helen Braszecki se sont rencontrés à Ramat Gan. « Il était ouvrier et j’étais à l’école », raconte Jabrin, sa connaissance et son engouement. « Comme tous les hommes, il a commencé, il y a toujours l’âge stupide, et je suis tombé amoureux de lui. »

Serez-vous reconnu comme un survivante de l’Holocauste ?

Rak Be Israel, le top d’Israël !

Ce qu'on vous cache - CQVC 

Alyaexpress-News 

Ougasheli.com 

Jabrin vit à Umm al-Fahm depuis 52 ans. Les voisins savent qu’elle était juive, mais à part son mari, personne ne connaissait son histoire d’enfance. « J’ai dit qu’un jour viendrait et que lorsque les enfants grandiront et que je serai vielle, je leur raconterai mon histoire », explique Jabrin. Les petits-enfants, qui ont entendu parler de l’incroyable histoire de leur grand-mère que le mois dernier, ont encore du mal à y croire. « Dieu merci, elle est restée en vie, il n’y a rien à dire », dit l’un d’eux.

Dans le contexte de l’histoire de cette femme d’Umm al-Fahm, une réunion extraordinaire s’est tenue la semaine dernière entre Jabrin et Tammy Maroz, la surintendante nationale du traitement des survivants de l’Holocauste au bureau de l’aide sociale. Mauz est venue aider Jabrin à remplir les formulaires de prestations de survivant de l’Holocauste, à la demande du bureau de l’aide sociale qui a entendu son histoire, il y a quelques jours.

Dans les années 1960, Jabrin a reçu une subvention unique des Allemands. Le gouvernement israélien prendra bientôt contact avec le gouvernement allemand pour approbation, ce qui ouvrira la voie à sa reconnaissance en tant que survivante de l’Holocauste dans l’État d’Israël. Lorsque vous entendez l’histoire de Lila, il ne fait aucun doute que c’est une histoire qui ne peut se produire qu’ici. Peut-être qu’elle se transformera en film à l’avenir, et qu’elle réussira peut-être même à créer un dialogue commun, et stopper le négationnisme au sein de la communauté arabe et surtout palestinienne.

🟦 ANNONCE 🟦

   

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.