Iran : Un étudiant iranien décapite verbalement le président Ebrahim Raisi lords d’un événement universitaire

Un étudiant islamiste a violemment attaqué mardi le président Ebrahim Raisi et l’élite dirigeante lors d’une réunion publique à l’Université de technologie Sharif de Téhéran.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Raisi qui a visité l’université pour marquer la journée annuelle des étudiants, a été parsemé d’attaques par le secrétaire de l’Union des étudiants islamiques de l’université. Le groupe est présent sur tous les campus et est une organisation sanctionnée par l’État dont les membres appartiennent à l’aile paramilitaire Basij des Gardiens de la révolution.

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

Les remarques du leader étudiant, Mohammad Hossein Bayat, sont stupéfiantes par leur franchise et leur degré de critique. Il a déclaré à Raisi que « vous avez été élu lors de l’élection la moins compétitive de l’histoire de la République islamique, avec le taux de participation électorale le plus bas. » Il a ajouté : « Nous ne vous parlons pas en tant que président élu avec le vote libre du peuple lors d’une élection libre. Nous vous parlons en tant que représentant du système en place.

Les principaux rivaux de Raisi ont été empêchés de se présenter aux élections de juin par un conseil de surveillance contrôlé par le guide suprême Ali Khamenei, qui a assuré sa victoire parmi les candidats moins populaires.

Publicité 

Bayat, s’adressant à Raisi, a déclaré qu’il représentait un système au pouvoir qui « au cours des 40 dernières années n’a pas ouvert la voie au progrès du peuple, malgré les idéaux révolutionnaires de liberté et de justice ». Mais ce que le leader étudiant a dit ensuite était encore plus étonnant. Il a déclaré à Raisi que la République islamique non seulement n’a pas réussi à servir le peuple, mais qu’elle s’est « noyée dans diverses crises et super crises et, à l’exception de quelques brèves périodes, elle n’a pas connu la stabilité et le calme ».

Ces remarques ont implicitement mis en évidence la politique étrangère conflictuelle de la République islamique parmi d’autres problèmes, tels qu’un système économique inefficace, la persécution des dissidents, le manque de transparence et des politiques environnementales désastreuses.

Bayat a ensuite rappelé au président qu’il est le produit de l’élection la moins compétitive, organisée par un « système politique incapable et inefficace » qui a poussé le peuple dans « le désespoir de tout changement ou amélioration » en Iran.

Il a poursuivi en accusant Raisi d’empiler son administration avec des personnes corrompues, et il a ouvertement nommé les principaux collaborateurs du président. Bayat a également déclaré que l’administration actuelle est le gouvernement le plus militarisé de l’histoire de la République islamique, divisant les postes critiques entre les Gardiens de la Révolution.

Les présidents iraniens ont souvent rencontré des critiques sévères chaque fois qu’ils ont visité des universités. Mais les étudiants dissidents ont été intimidés jusqu’au silence et les associations étudiantes islamiques sont contrôlées par des éléments qui sont censés être fidèles à la République islamique.

Bayat a dit à Raisi de dire à ses amis qu’il n’y a pas de gloire dans une croissance économique à zéro pour cent, l’isolement politique, le manque de transparence et toutes les autres politiques qui imposent un « coût exorbitant à la nation iranienne ».

Il a continué à mentionner plus d’une douzaine de crises dans le pays, surtout la corruption de « l’élite politico-militaire » et la répression d’une population désespérée et fatiguée de sa situation économique. Dans une situation où toute la société civile a été démolie et les militants sont en prison, Bayat a demandé à Raisi, quelle autre alternative existe que la violence et la protestation. Il a ajouté que l’élite dirigeante a essentiellement décidé qu’elle ne veut pas écouter le peuple tant qu’elle peut tirer pour se protéger.

À la fin de ses remarques, Bayat a averti Raisi que si une issue rationnelle à la situation actuelle de crise n’est pas trouvée, l’élite dirigeante recevra « une réponse du peuple qui pourrait ne pas venir immédiatement… mais qui sera certainement révolutionnaire et décisive. « 

Le partage de nos articles est autorisé par les autres sites avec les conditions suivantes :

Un seul paragraphe publié et diriger le lecteur vers notre site source.

Nous demandons cela car le manque d'audience d'un site le met en danger et aussi par professionnalisme. En effet, nous sommes en ligne depuis 10 ans et partageons avec grand plaisir nos articles.

Merci de respecter nos conditions.

   

🟦 ANNONCE 🟦