Israël a finalement accordé un visa au fils du diplomate japonais qui a sauvé les Juifs des nazis

Après avoir initialement refusé au fils de Chiune Sugihara et à sa famille un visa d’entrée pour des documents COVID-19 manquants, Israël leur a accordé la possibilité d’assister à une cérémonie le 11 octobre au cours de laquelle ils seront nommés place de Jérusalem en l’honneur du Diplomate japonais qui a sauvé des milliers de Juifs des nazis.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Nobuki Sugihara, le fils de Chiune âgé de 72 ans qui vit en Belgique, avait demandé un visa d’entrée le 28 septembre auprès de l’ambassade d’Israël à Bruxelles.

« L’examen de votre demande montre qu’elle ne répond pas aux critères permettant à un permis d’atteindre Israël pendant cette période de pandémie de COVID-19 », lit-on dans la réponse.

🟦 ANNONCE 🟦

L’intervention d’officiels israéliens était nécessaire, dont le directeur du département de liaison de la division consulaire du ministère des Affaires étrangères, Ziv Bilaus ; le porte-parole de l’ambassade d’Israël au Japon, Ronen Medzini ; le responsable des relations internationales de l’Agence juive, Yigal Palmor ; et le PDG de Yad Vashem, Dani Dayan ; surmonter les obstacles bureaucratiques.

En fin de compte, Eyal Siso, qui fait partie du comité des exceptions pour gérer les appels aux restrictions COVID-19, a signé le document d’entrée.

Publicité 

Altea Steinherz, une habitante de Jérusalem dont le grand-père Itche Topola a été sauvé par Sugihara, a déclaré vendredi au Times of Israel qu’elle était soulagée que « l’injustice et la honte aient été laissées pour compte ».

 

🟦 ANNONCE 🟦