Israël a-t-il bombardé des laboratoires de « captagon  » sur la côte syrienne ?

Le site Internet Iran Weir a cité des responsables familiers avec les activités du régime d’Assad sur la côte syrienne disant que la cible que l’armée de l’air israélienne a attaquée sur les sites du régime sur la côte syrienne en mai dernier était une usine de drogue affiliée à la milice libanaise du Hezbollah.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Le 5 mai, des avions de chasse israéliens ont attaqué des sites du régime dans les villes de Lattaquié et de Tartous et, en conséquence, une vingtaine de personnes ont été tuées et blessées.

Un rapport publié sur le site Internet indiquait que bien qu’Israël n’ait pas assumé la responsabilité de cette bombe ou précisé ce qu’elle était exactement, une source proche du Hezbollah, qui vit en Syrie, a confirmé que les sites attaqués par les avions israéliens étaient des entrepôts pour stocker « le captagon  » et d’autres stupéfiants appartenant au Hezbollah.

Selon Iran Weir, la source, qui a visité les sites bombardés, a confirmé que le premier site était situé près de la place Ras Shimara, une ancienne usine de plastique appartenant à M. Tahsin Mashi, de la province de Lattaquié, et a loué son usine il y a près de deux années aux responsables du Hezbollah pour produire de la drogue.

Selon la source, le deuxième site qui a été bombardé est situé dans la zone sud d’Al-Ramal dans le quartier d’Al-Raf, et était autrefois un entrepôt de céramique, puis est devenu un entrepôt du Hezbollah.

Publicité 

Cinq sources locales, qui vivent dans cette zone, ont confirmé les informations fournies par un agent du Hezbollah, notant que ces sites sont utilisés pour produire des drogues Captagon et Crystal.

Selon une source liée aux activités du Hezbollah, le parti s’efforce de cacher son identité en ne travaillant qu’avec des civils, ne laissant aucune trace, soulignant que même les voitures et les camions arrivant dans les entrepôts et les usines où le processus de préparation des stupéfiants est civil et ne peut en aucun cas être lié au Hezbollah.

L’attaque des sites dans les villes de Lattaquié et Tartous, 8 jours après l’arrivée du navire iranien « Shehar-Kurd » au port de Lattaquié, qui transportait une quantité de drogue reçue par le Hezbollah, et dont une partie a été transférée à les entrepôts attaqués, a indiqué la source.

Le porte-conteneurs Shahr-e-Cord est arrivé à Lattaquié le 28 avril, après un voyage de 16 jours, du port iranien de Rajay, au port de Lattaquié sur la côte syrienne.

Selon le site Internet Maritime Traffic, qui suit le mouvement des navires, le navire iranien est parti le lendemain, 12 heures après avoir déchargé sa cargaison.

Le navire Shahar-Kurd fait partie des navires iraniens inclus dans le dernier paquet de sanctions américaines. Le département du Trésor américain a également inclus ce navire dans le paquet de sanctions qu’il a annoncé en novembre 2018, pour son lien avec les compagnies maritimes iraniennes, ce que Washington accuse. Il est interdit de diriger des missions militaires.

Trafic de drogue en Syrie
Il convient de noter que ces dernières années, de nombreux pays à travers le monde ont saisi des centaines de cargaisons de drogue en provenance des zones syriennes contrôlées par Assad, où le régime et les milices iraniennes soutiennent cette industrie, dirigée par le Hezbollah du Liban. .

Des rapports internationaux et les médias ont confirmé que l’industrie de la drogue et du commerce, en particulier Captagon, est devenue une « bouée de sauvetage » pour l’économie du régime, car la valeur marchande des quantités de produits syriens fabriqués par Captagon en 2020 s’élevait à pas moins de 3,5 dollars. milliards de dollars, cinq fois les exportations du régime au cours de cette année .

En mai, le journal britannique Guardian a rendu compte de la production de balles Captagon dans les zones contrôlées par Assad et de la façon dont le secteur est devenu un produit si important que la Syrie est qualifiée par beaucoup d’« État de la drogue ».

Auparavant, la télévision syrienne avait préparé un reportage détaillé sur les activités de l’industrie de la drogue et divers types de contrebande par le biais du régime d’Assad et de la milice du Hezbollah depuis leurs zones de contrôle en Syrie vers divers pays du monde, et le reportage était intitulé : « Le Les principaux revenus du régime sont des tonnes de drogue Assad et le Hezbollah envahissent le monde. »

Les deux sites qu’Israël a attaqués lors de ses raids aériens du 5 mai

Le partage de nos articles est autorisé par les autres sites avec les conditions suivantes :

Un seul paragraphe publié et diriger le lecteur vers notre site source.

Nous demandons cela car le manque d'audience d'un site le met en danger et aussi par professionnalisme. En effet, nous sommes en ligne depuis 10 ans et partageons avec grand plaisir nos articles.

Merci de respecter nos conditions.

   
🟦 ANNONCE 🟦