Capture écran France 24 -Sarah Halimi ZAL

La communauté juive est furieuse de la décision des juges de ne pas poursuivre le meurtrier islamiste de l’enseignante juive Sarah Halimi ZAL .

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Les critiques, la colère et les points d’interrogation parmi les membres de la communauté juive en France à la suite de la décision des juges d’ enquê-ter sur le meurtre de l’enseignante juive Sarah Halimi en France, selon lesquels son meurtrier musulman n’était pas responsable de ses actes pendant le meurtre. Cela est dû, entre autres, à la consommation de cannabis.

Les juges ont noté qu’il avait perdu son « sens de l’auto-jugement » en utilisant des opinions psychiatriques. En pratique, selon les juges, le meurtre n’était pas antisémite, comme l’avait initialement déterminé l’accusation. La décision a suscité une grande colère dans la communauté juive, le ministère public a interjeté l’appel et une nouvelle audience aura lieu en présence de trois juges.

Francis Kalifa, chef de l’organisation du CRIF, l’organisation française qui chapeaute les organisations juives, a répondu à la question sur « Israël aujourd’hui » lors d’un point de presse qu’il a donné aux bureaux de l’Agence juive à Paris. « Nous avons anticipé la décision des juges et ce n’est pas une surprise. »

« Ce qui nous surprend légalement, c’est que si un conducteur est impliqué dans un accident pour cette même raison, il est jugé responsable, mais ici, dans le cas d’un meurtre, le fait de tuer un être humain qui implique des drogues abolit complètement la responsabilité du meurtrier. »

« De notre point de vue, il s’agit sans aucun doute d’un événement antisémite, mais le meurtrier a appelé plusieurs fois, notamment » Allah Akbar « avant de la tuer.

Le député Meir Habib a adressé à Israël Hayom des propos plus durs : « J’ai honte et je suis triste car j’estime qu’au-delà des grands discours, la France a renoncé à son rôle dans » la lutte contre l’antisémitisme « .

« De plus en plus de Juifs français pensent qu’ils n’ont pas d’avenir dans leur pays, et la décision des juges de cette semaine ne fait que renforcer leur revendication. En tant que membre du Parlement, je n’ai pas tendance à critiquer les décisions judiciaires, mais en tant que personne, je suis choqué par la décision des juges de ne pas reconnaître l’antisémitisme et de ne pas poursuivre le meurtrier odieux de Sarah Halimi », a déclaré Habib.

Meir Habib a ajouté : « Il ne fait aucun doute que le meurtre a pour toile de fond une motivation antisémite et je pense qu’il est inconcevable qu’il n’y ait pas de procès pour ce crime grave. La torturant d’une manière très difficile, en disant «Allah Akbah» et finalement la jetter par la fenêtre de sa maison.

« De nombreux points d’interrogation découlent de la conduite de ce procès. Comment ce meurtrier a-t-il été libéré après quelques mois dans un hôpital psychiatrique ?  Qu’est-ce qui la rendu fou, tout comme le meurtrier toulousain et les meurtriers de Charly Hebdo, l’hyper-casher, mais est-ce que cela signifie qu’ils ne sont pas responsable de leurs  actes ? »

« Lorsqu’une personne se saoule et commet un délit, il s’agit d’une circonstance aggravante. Lorsqu’une personne a besoin de drogue et tue une femme, elle n’est pas responsable de ses actes. Bienvenue dans un monde fou. »

Le directeur d’une grande synagogue du centre de Paris (qui a demandé que son nom ne soit pas mentionné) a parlé avec la même sévérité :

« Beaucoup de mes collègues ont perdu confiance quand il est devenu clair, même au début, que la police avait été convoquée par des témoins oculaires et avait entendu le meurtre. Ils sont restés derrière la porte pendant environ 17 minutes sans aider Mme Halimi et attendirent un soutien supplémentaire. Nous ne semblons pas sérieux, et le manque médiatique n’a fait qu’ajouter à ce sentiment. « 

Le musulman islamiste a longtemps maltraité Halimi en criant «Allah est Akbar» et «Satan» en arabe. Après lui avoir écrasé le visage et fracassé le crâne avec ses poings, il l’a jetée à par la fenêtre du troisième étage.

Il y a deux ans, les voisins de Halimi, témoins du meurtre, ont déclaré que les policiers qui s’étaient rendus sur les lieux avaient entendu les cris de Halimi, mais n’étaient pas intervenus.

Le copié collé des contenus pour les sites et blogs est interdit, seul le lien URL est autorisé . Contactez nous en cas de besoin : [email protected]

Abonnez vous à notre Newsletter Infos-Israel.News

Entrez votre émail:

IMPORTANT :

Nous subissons actuellement une censure abusive de notre Page Facebook . Par sécurité nous avons mis en ligne une autre Page de secours, veuillez la liker et la faire connaitre à vos amis et proches au cas ou l'actuelle sera fermée.

Nous respectons les droits d'auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d'auteur sur nos photographies. Si vous avez identifié une photo sur laquelle vous possédez des droits, vous pouvez nous contacter et demander de cesser d'utiliser l'adresse e-mail: [email protected]

Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !