J’ai cette photo qui me vient à l’esprit oui ! au moins une fois par semaine, quelquefois, même plus. Elle est comme une femme muette qui arrive devant chez moi. Je n’ai pas besoin de « la petite madeleine de Proust ». Tout est naturel, fait d’instinct. Elle n’a pas besoin de frapper ; je lui ouvre ma porte. Elle passe, livide, sans même me regarder et va s’asseoir à quelques pas dans un fauteuil. Elle regarde, livide, fixe, droit devant elle. Elle ne bouge pas ; elle n’a même pas l’air très sérieuse. De toute façon, elle a perdu son âme. Par la grande fenêtre à gauche, on voit clairement le soleil, un grand soleil mais il n’entre pas dans la pièce et n’ose pas toucher la femme de ses rayons. Ce monde n’est plus le monde : c’est quelque chose d’autre, indicible. Je sais qu’elle n’est pas prêt de partir et quand elle décidera de partir, je sais de toute manière, qu’elle reviendra bientôt.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

La scène se passe en 1942 en Ukraine, peut-être à Berditchev ou dans les alentours, dans cette ville où Rabbi Levi Isaac « écoute un jour le discours qu’un Rabbin fait à la synagogue. Il n’y est question que des pêchés, des transgressions des fidèles et de leur mauvaise conduite. Il s’adresse alors au Rabbin : « Maintenant que tu as passé en revue tous ces pêchés, il est temps que tu t’adresses aussi à D.ieu et que tu lui dises la liste des douleurs et des souffrances qu’il a infligées à ses fidèles et surtout, n’oublie pas de lui dire que ça suffit comme ça ! (dayenou) ». Mais Dieu ce jour là était ailleurs ; il n’a rien entendu. Alors, est arrivé un peu plus tard, le paroxysme de l’horreur, son infini dans l’infini, car Satan avec les Juifs n’a jamais été rassasié. Alors cette fois, il a voulu frapper un grand coup. Et j’ai en moi cette photo, scène infinitésimale dans l’immense Shoah, l’ineffable Shoah. A elle seule, elle rassemble tout le malheur du peuple hébreu. Elle est la vie qui s’effondre à jamais dans l’absurdité, qui nous dit adieu parce que cette fois, après cela, il n’y a plus d’espoir possible.

Elles sont là, nues, toutes nues, affreusement nues, qui se pressent les unes contre les autres sans doute parce que les crapules nazies les poussent ainsi ou plutôt parce qu’elles ont froid dans l’hiver de l’Ukraine. Étrangement, si elles n’étaient pas nues, on croirait qu’elles se pressent toutes pour prendre un bus qu’on ne voit pas. D’ailleurs et très vite, on sait bien la direction qu’il va prendre ce bus invisible. Les bourreaux leur ont infligé de se déshabiller pour mieux les humilier … ou pour, qui sait (mais si, c’est certain) profiter de la beauté de quelques corps car les femmes juives ont toujours eu la réputation d’être belles et leur instinct de bête lui, n’est pas antisémite. Deux femmes tiennent chacune, sur leur avant-bras droit, leur petit enfant et l’une d’elle a posé sa main de douce maman, de bonne maman naturelle, à l’arrière de la tête de son petit, scène de protection si agréable à voir en temps de paix et qui nous fait aimer la vie. Sur la droite, une petite fille de six à huit ans semble chercher un peu de chaleur entre les cuisses des femmes. Bientôt, dans quelques secondes, parce que les serviteurs nazies de Satan sont toujours très pressés, elles vont choir dans la fosse creusée auparavant par leurs propres hommes ; le bras des deux femmes, inanimés en une seconde, lâcheront chacun l’enfant chéri qui, peut-être, à cause de la chute elle-même, n’aura pas la chance de reposer près de sa tendre maman qui lui aura prodiguer jusqu’au bout, sa tendresse ; et la petite fille, elle aussi finira t-elle sur le corps des autres femmes, inconnues pour elle ou tout près de sa maman ? Et sur le dos de toutes ces femmes, on verra, seulement quelques secondes, plein de petits filets rouges et ce sont peut-être les hommes, les papas, les frères qui seront astreints à recouvrir de terre … toutes ces pauvres « sardines » selon la méthode nazie !

En plus, de ce bleu magnifique qui constitue sur fond blanc, la croix de David et les deux barres horizontales, donc le drapeau d’Israël, il serait bon sans doute, d’ajouter un petit filet rouge bien au coeur de l’étoile car le rouge-sang est une couleur qui n’a jamais quitté le peuple hébreu ! Quand cette photo est en moi, je le dis en toute vérité, il me vient des larmes aux yeux. j’ai envie de prendre toutes ces femmes, ces deux petits enfants et la petite fille, dans mes bras !!!

Par Philippe ARNON

 

Certains des lecteurs me disent qu'ils ne recoivent plus les notifications d'Infos Israel News et des autres sites comme Rak Be Israel ou CQVC, je vous ai fait cette petite vidéo pour vous aider à faire revenir les notifications de façon très simple ! 🙂 Bonne journée à tous !    


 
Comment ajouter notre site sur l’écran d’accueil de votre téléphone ?
C'est très simple !
– Pour Android :
Rendez vous sur notre site : https://infos-israel.news/
Tapez sur le menu du navigateur, en haut, à droite de votre écran (3 points sur Google chrome)
Tapez sur « Ajouter à l’écran d’accueil »
– Pour Iphone :
Rendez vous sur notre site : https://infos-israel.news/
Cliquez le bouton « Partager » (carré en bas de l’écran, d’où sort une flèche)
Tapez sur « Sur l’écran d’accueil »
Tapez sur « Ajouter »

Pour le partage des articles sur votre site, contactez nous par avance (seul le lien URL est autorisé): sud.israel@yahoo.fr

Nous respectons les droits d'auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d'auteur sur les images mais aussi les sources. Si vous avez identifié une photo ou une source sur laquelle vous possédez des droits d'exclusivités, vous pouvez nous contacter et nous ferons le nécessaire pour modifier ou supprimer : sud.israel@yahoo.fr