Le bambin a été emprisonné dans la cage du perroquet, selon l’avocat de la mère : « Deux minutes seulement »

La mère de Haïfa, âgée de 35 ans, a été arrêtée après que son fils en bas âge d’un an et demi a été retrouvé emprisonné dans une cage de son appartement, lorsque de grandes quantités de drogue crystal meth y ont également été trouvées. La tante et les voisins de la mère affirment qu’elle n’est pas responsable : « Son mari est violent envers elle. Les enfants jouaient et se sont accidentellement enfermés. Sa détention a été prolongée de trois jours.

Un bébé d’un an a été retrouvé dans une cage dans un appartement à Haïfa (Yoav Itiel, porte-parole de la municipalité de Haïfa)

Une femme de 35 ans a été arrêtée hier soir (lundi), après que son bébé d’un an et demi a été retrouvé enfermé dans une cage dans un appartement à Haïfa, avec une grande quantité de drogue de crystal meth sur les locaux. Maintenant, la mère déclare qu’elle nie les soupçons qui lui sont attribués. L’avocat de la défense de la mère a déclaré qu’il s’agissait d’une « exagération inhabituelle de l’incident, il s’agit d’environ deux minutes d’indiscrétion ».

La mère a été arrêtée hier soir, soupçonnée de séquestration, d’abus et de négligence envers une personne sans défense. En outre, deux autres suspects, âgés de 22 et 27 ans, ont été arrêtés pour suspicion d’infractions liées à la drogue, après que la quantité de drogue trouvée dans l’appartement ait été jugée trop importante pour l’autoconsommation.

Rejoignez moi sur la Newsletter, Telegram et Facebook 

Newsletter
Telegram
Facebook

Lors de l’audience qui s’est tenue aujourd’hui au tribunal, la juge Ahsan Halabi a déclaré que la détention de la mère devait être prolongée de trois jours, jusqu’à mercredi. De plus, aujourd’hui, les six enfants de la mère ont été transférés à la garde des agents de l’aide sociale. Le père des enfants, âgé de 33 ans, a été arrêté mardi, soupçonné d’être impliqué avec d’autres années dans une fusillade samedi dernier. Hier, au tribunal de première instance de Nazareth, le juge Raid Omri a prolongé sa détention jusqu’à jeudi.

Un bébé a été retrouvé dans une cage, Haïfa, le 16 janvier 2023. Porte-parole de la police israélienne

La cage dans laquelle le bambin d’un an et demi a été enfermé (Photo : porte-parole de la police israélienne)

Au début, la mère et son avocat, l’avocat Daniel Drovitsky, ont affirmé qu’elle n’était pas du tout chez elle pendant l’affaire. Cependant, plus tard au cours de l’enquête, la mère a affirmé qu’elle avait enfermé l’enfant dans une cage, mais selon pour elle, ce n’était que pour deux minutes.

‘… Un incident unique de deux minutes qui peut avoir impliqué l’indiscrétion d’une mère. Je suis convaincu qu’au fur et à mesure que l’enquête progresse, il deviendra clair qu’il n’y a aucun aspect criminel dans l’affaire Dana, à l’exception d’un défaut de jugement momentané », a déclaré l’avocat de la défense de la mère.

La tante de la mère a déclaré qu’elle ne croyait pas aux soupçons de la police et que, selon elle, l’un des enfants s’est enfermé dans une cage par erreur. « Tout ce qu’on dit sur elle n’est pas vrai. Elle abandonne beaucoup de choses rien que pour ses enfants. Sa situation est difficile, son mari est violent envers elle et l’aide sociale le sait. Cela fait des années qu’elle raconte cela et l’aide sociale ne fait rien. » dit la tante, « elle a six enfants, l’aîné entre 9 ans et le plus jeune entre 2 mois. Sa vie est de leur apporter de la nourriture »

Le frère de la mère présumée a dit que lui et la famille donneront à la mère tout ce dont elle a besoin, mais clarifié et dit: « Nous ne sommes pas connectés à tout cela ».

« Il s’agit d’un incident difficile et choquant », a déclaré le représentant de la police Eddie Kantrowitz. « Elle a donné une version qui a déjà été réfutée. À ce stade, nous avons l’intention de vérifier si l’emprisonnement de l’enfant était une affaire permanente. »

Un bébé a été retrouvé dans une cage, Haïfa, le 16 janvier 2023. Porte-parole de la police israélienne

« Une cage de perroquet dans laquelle les enfants jouaient », la cage dans laquelle l’enfant a été retrouvé (photo : porte-parole de la police israélienne)

« C’est un cas que nous n’avons jamais rencontré auparavant », a admis l’inspecteur en chef Yossi Atias, l’officier d’enquête et de renseignement à la gare de Haïfa, « même des détectives expérimentés ont été surpris par la situation et ont eu du mal à la contenir. Nous sommes entrés dans une résidence qui était utilisée comme repaire de drogue, et pendant l’opération la police a découvert dans l’une des pièces une cage en fer fermée et verrouillée à l’intérieur de laquelle se trouvait un enfant sans surveillance et ne pouvant sortir », a-t-il décrit. « Il était assis sur plusieurs oreillers et avec lui une bouteille de nourriture, sans jeux, certainement pas une situation digne de vivre. Il y avait d’autres enfants dans l’appartement, mais pas un seul adulte. Les allégations que nous avons entendues feront l’objet d’une enquête, mais ils ne correspondent pas à ce que nous avons trouvé sur les lieux. »

« C’est une cage de fer dans laquelle l’enfant ne pourrait ni entrer ni sortir de lui-même », a-t-il noté. Il a dit que dans son enquête, la mère a affirmé qu’en l’absence du père et étant donné qu’elle avait d’autres enfants, elle n’avait d’autre choix que de mettre l’enfant dans la cage de fer. Le poste de police de Haïfa pense que la mère est impliquée dans le trafic de drogue de la famille élargie et qu’au moment du raid, elle vendait apparemment de la drogue.

Les habitants de la région et les voisins de la mère  ont également pris sa défense. « Ils en ont juste fait une histoire, c’est une mère formidable. Les enfants jouaient dans la cage », a déclaré l’un des voisins de l’immeuble à Wala. Un autre voisin a raconté à son sujet : « C’est une bonne fille, mariée à un mauvais mari, mais elle ne consomme pas de drogue. La cage appartient au perroquet, qui n’est plus utilisé. Les enfants y jouaient – peut-être un enfant a enfermé un enfant. »

Le quartier Hadar HaCarmel à Haïfa, où la mère vivait avec ses enfants, est connu comme une zone qui a connu de nombreux incidents criminels, et que nombre de ses habitants, juifs et arabes, sont des fauteurs de troubles quotidiens. Plus d’une fois, des stations de drogue ont été découvertes dans la région. Et ce malgré l’annonce du maire de Haïfa sur l’éradication du crime « et l’assèchement des marécages » comme elle l’a défini.

La responsable du service social de la municipalité de Haïfa, Mayra Kiperman, a commenté l’incident et a déclaré : « Hier soir, un contact a été reçu directement de la police avec un travailleur social du service social. Immédiatement après avoir reçu le rapport, une équipe de trois travailleurs sociaux seniors se sont rendus au domicile familial pour effectuer une intervention rapide, l’accent étant mis sur la protection et les soins immédiats du bambin lui-même et de son frère, afin qu’il semble qu’ils reçoivent l’enveloppe de traitement appropriée à leur état en même temps. Bien sûr, plus tard, une évaluation plus large de la situation sera faite et la famille recevra tout le traitement qu’elle mérite.