Les enfants ont demandé que le testament soit modifié : qu’est-ce que le tribunal rabbinique a statué ?

Le défunt a laissé un testament dans son écriture indiquant que son appartement serait utilisé pendant les quarante ans suivant sa mort comme appartement de vacances pour ses descendants, puis comme une grande bibliothèque de livres de Torah. Le testament a été rédigé et signé devant deux témoins et en pleine propriété, et il y est dit : « J’exprime mon souhait que cela s’applique selon la Torah d’Israël et selon les lois de l’Etat d’Israël. »

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Les enfants du défunt, qui sont également les bénéficiaires du testament, ont demandé que certaines sections du testament soient révoquées et qu’ils soient autorisés à hériter de l’appartement sans l’échéance des 40 ans, et à transférer les livres qu’il contient dans une bibliothèque déjà existante.

Les plaignants ont fait valoir que le chef de leur famille n’avait pas l’intention de transformer l’appartement en une dédicace publique de la Torah et n’a pas signé l’acte de consécration, il avait donc l’intention de faire don de l’appartement à ses descendants. Il n’a également laissé aucun fonds à partir duquel la bibliothèque serait entretenue dans l’avenir, y compris l’achat de livres, la rénovation de l’appartement (devenant un bibliothèque), les salaires des bibliothécaires, etc… Selon eux, il y a parmi leurs héritiers, des héritiers nécessiteux. Leur avocat a noté que l’article 34 de la Loi sur les successions dispose que : « Une disposition d’un testament rendue illégale, immorale ou impossible – est nulle. »

🟦 ANNONCE 🟦

Les membres du tribunal rabbinique de Jérusalem, le rabbin Mordechai Ralbag, le rabbin Yekutiel Cohen et le rabbin Chaim Vidal, ont longuement discuté de la question et ont rédigé trois longs jugements dont les conclusions sont les mêmes mais dont les arguments sont différents.

De l’avis des Dayanim, il ne fait aucun doute que le défunt avait l’intention de consacrer l’appartement à une bibliothèque de la Torah, c’est-à-dire de le transformer en une propriété sacrée pour la communauté de la Torah – même si ses descendants pouvaient initialement utiliser l’appartement pour les vacances. Quant à l’affirmation selon laquelle le testament est contraire à la loi car il n’est pas possible d’utiliser l’appartement à une fin autre que la résidence – le tribunal estime qu’il est possible de demander aux autorités de modifier la désignation et que le testament est donc légal. En ce qui concerne les frais de mise en place de la bibliothèque et de fonctionnement sans que le défunt laisse de l’argent pour de telles charges futures, le tribunal a proposé une solution créative : l’appartement ne sera pas vendu, l’appartement devrait être considéré comme loué et le loyer devrait aider à établir ou à maintenir une bibliothèque au nom du défunt et au profit de la région.

Publicité 

La décision déclare :  » La volonté de la mitsva du défunt ne doit pas être changée, et il en a fait la propriété religieuse et légale. Par conséquent, elle doit être maintenue comme écrite et verbale. »

Un conseil, une info, une question ? Contactez nous !

Connaissez vous nos autres sites ? Répondez à ce questionnaire 

Abonnez vous à notre nouvelle Newsletter 

ABONNEZ VOUS A NOTRE COMPTE YOUTUBE

 

🟦 ANNONCE 🟦