Home Actualité en Israël Les prix chutent partout dans le monde – alors pourquoi les prix...

Les prix chutent partout dans le monde – alors pourquoi les prix alimentaires augmentent-ils en Israël ?

La véritable menace cachée pour Shufersal ainsi que pour les autres chaînes de distribution vient de l’international français Carrefour, qui entre en Israël avec précaution et progressivement, et il est possible qu’il finisse par toucher les locaux.

Rejoignez moi sur la Newsletter, Telegram et Facebook 

Newsletter
Telegram
Facebook

Déjà aujourd’hui, une certaine et petite quantité de ses produits, relativement bon marché, apparaît dans les magasins de Yonan Beitan, qui devrait ouvrir des dizaines de succursales de la société française dans les mois à venir et proposer des articles moins chers, comme il sied à Carrefour (actuellement, les produits sont également vendu sous la marque « Super », qui sera convertie en « Carrefour » avec le lancement officiel).

Alors que les prix des produits alimentaires augmentent en Israël, ils baissent en fait dans le monde. L’indice mondial des prix alimentaires des Nations Unies pour le mois de novembre est tombé à 135,7 points depuis le pic d’avril, où l’indice s’élevait à 159,7 points. En d’autres termes, il y a eu une baisse d’environ 15 % du panier des prix alimentaires publié l’organisation pendant sept mois.

L’indice du panier alimentaire de l’ONU est basé sur la base des prix des denrées alimentaires pour les années 2014 à 2016 qui est fixé à 100 points. Il s’agit d’un indice pondéré pour cinq produits de base que l’ONU a choisis à cet effet.

Et en Israël ?

Les prix des denrées alimentaires, y compris les légumes et les fruits, ont augmenté pendant sept mois jusqu’en octobre, le dernier mois pour lequel des données sont disponibles, de 3,3 %. Si l’on neutralise les légumes et les fruits, les prix alimentaires ont augmenté sur la même période de 2,9 %.

Il n’y a aucune raison d’augmenter

La question est de savoir si le public consommateur en Israël a ressenti la baisse des prix alimentaires ou vice versa. Le prix des produits laitiers, que les laiteries en Israël continuent d’augmenter ces jours-ci, a diminué globalement de 5,7 % au cours de cette période, et le prix des grains et des céréales, à partir desquels les cornflakes sont également produits, qui est récemment devenu célèbre dans la bataille entre les fabricants géants et d’autres marques moins connues (que vous devriez peut-être préférer), ont en fait diminué de 11,6%.

L’indice comprend les dix céréales les plus consommées, dont quatre types de maïs, qui sont utilisés pour produire les cornflakes, et quatre types de riz et de blé. Les prix des huiles comestibles et du sucre ont diminué de 3 % au cours de la même période. Même l’indice des prix de la viande, qui comprend également les « autres viandes », a diminué de 1,8 % au cours de la même période.

Les fabricants viendront réclamer des « dépréciations ». Entre avril et novembre, le dollar est devenu plus cher par rapport au shekel de 7,3 % en moyenne – ce qui pourrait indiquer une raison partielle de l’augmentation des prix alimentaires en Israël en termes de shekel. Veuillez noter : l’augmentation du prix du dollar est toujours inférieure à la baisse de 15 % de l’indice des prix alimentaires de l’ONU, de sorte que la raison de la dévaluation est exclue. Bien sûr, la plupart des aliments destinés à Israël sont également transportés par voie maritime. 

Les importateurs et les fabricants locaux viendront prétendre que les prix du transport – ils sont clairement à blâmer. C’est ainsi que l’indice mondial des prix du transport par conteneurs, c’est-à-dire le prix du transport maritime en conteneurs pour les marchandises expédiées en conteneurs, a chuté entre avril et novembre d’environ 67 %, oui soixante-sept %.

Selon un indice international, les prix du transport en vrac ont diminué de 44 % au cours de la même période. Le prix du transport de l’Asie du Sud-Est vers la mer Méditerranée pour les marchandises importées en Israël depuis la vaste région de la Chine et d’autres pays d’Extrême-Orient vers Israël a chuté de 65 % pendant cette période ! De même, la raison de l’augmentation du coût du transport maritime est également rejetée.

Alors peut-être devrions-nous blâmer l’augmentation du coût des salaires du travail en Israël qui a conduit à des hausses de prix en Israël ? Au cours des sept mois précédant septembre (il n’y a pas de données ultérieures, pour l’instant) – si nous nous référons à sept mois comme dans les calculs ci-dessus – les salaires des travailleurs des entreprises privées en Israël, selon la Banque centrale, ont en fait diminué de 0,4 %, ce qui signifie qu’il n’y a pas eu de pressions salariales pour l’augmentation du coût des importations et de la production. Une autre raison de la hausse des prix est exclue.

Peut-être n’est-il pas du tout intéressant d’importer des produits alimentaires en Israël, et si des produits alimentaires sont importés, faut-il augmenter les prix pour compenser la baisse de la demande en Israël ? Pour éviter les fluctuations de calcul dues à la saisonnalité et aux jours fériés israéliens (qui s’appliquent à chaque fois à un mois différent), nous comparerons cette fois les importations de produits alimentaires des dix premiers mois de l’année jusqu’en octobre, dernier mois pour lequel il sont des données, par rapport aux dix mois correspondants l’an dernier.

Le résultat est tout simplement époustouflant : les importations de produits alimentaires ont augmenté entre les deux périodes de 19 % ! Même si l’on en soustrait l’augmentation du nombre d’habitants, au rythme de 2% par an, il y a tout de même une augmentation des importations alimentaires par habitant de 17%. Autrement dit, nous avons connu une augmentation des importations alimentaires. Qui augmente les importations alimentaires si cela n’en vaut pas la peine ? Pour les importateurs et les détaillants, qui sont également entrés dans le domaine des importations avec des marques privées, la solution. Par conséquent, la raison de la baisse de la demande est également exclue.

Il existe une autre possibilité que le Trésor augmente le taux de l’impôt sur les sociétés en 2022 et que, pour compenser l’augmentation de la taxe, les importateurs tentent de se compenser en augmentant les prix (en pratique et en théorie, une augmentation de la taxe n’entraîne pas nécessairement une augmentation des prix). Alors non, l’impôt sur les sociétés était et reste de 23 %.

Alors peut-être que l’année dernière ils ont augmenté les droits de douane ou imposé une taxe fixe sur l’importation de produits alimentaires ? Eh bien, dans la pratique, le gouvernement sortant a en fait augmenté la portée des quotas par le biais d’appels d’offres entre importateurs afin d’augmenter les importations alimentaires. Le système des quotas est mauvais d’un point de vue économique et économique, et il transfère parfois des « bénéfices de quotas » à l’importateur au-delà de l’équilibre, si le droit de douane ou la taxe fixe à l’importation était réduit pour tous les importateurs.

Mais, pour nos besoins, les options d’importation ont augmenté – ce qui aurait dû réduire les prix des denrées alimentaires. Le ministre des Finances sortant, Avigdor Lieberman, a signé il y a environ deux mois une ordonnance visant à réduire progressivement les droits sur le poisson malgré l’opposition des fermes israéliennes. Ainsi, la raison des taxes et droits est également invalidée.

Peut-être la faiblesse du gouvernement ? Après des décennies au cours desquelles la société de thé Vysotsky domine le marché du thé de toutes sortes et domine également les étagères des chaînes de commercialisation, qui sont devenues une sorte de murs de thé Vysotsky dans les allées des supermarchés, seul un aveugle qui est aveugle ne le fera pas. avis que l’autorité de la concurrence a été rappelée pour examiner si Vysotsky constitue un monopole au regard de la loi. Ceci est dit en langage libre « bonjour, Eliyahu ». C’est une goutte d’eau dans l’océan des actions de l’Autorité de la concurrence.

L’Autorité de Prévention de la Concurrence

Ce que l’Autorité de la concurrence n’a pas compris et ne comprend pas, c’est qu’elle ne devrait pas vérifier la portée des demandes de fusion dans divers domaines (elle se vante qu’en 2021, 267 demandes de fusion ont été déposées et dans 245 cas la discussion des demandes s’est terminée) . Au contraire, l’autorité de la concurrence doit rendre compte au public gémissant de l’éclatement des entreprises, de leur scission et de leur transformation en plusieurs entreprises qui se feront concurrence plus tard.

Que doit faire l’autorité de la concurrence ? Il doit examiner toutes les fusions et acquisitions du dernier quart de siècle, dans notre cas dans l’agroalimentaire, ce que ces acquisitions ont causé à la concurrence, et après un examen de plusieurs mois rendre un ordre de démolir les entreprises qui ont été avalées par l’absorption et la reprise d’entreprises en forçant les repreneurs à revendre des entreprises qu’ils se sont appropriées par des fusions et l’achat de plus en plus d’entreprises, de petite taille en cours de route, et en les positionnant comme une entreprise indépendante après leur vente à un tiers, c’est-à-dire , forçant la vente de ces sociétés sur le marché après un délai donné et connu à l’avance afin de ne pas causer de préjudice au vendeur par manque de temps.

Cela réduira l’unité des bras octogonaux des entreprises alimentaires en Israël. Si nécessaire, la nouvelle Knesset devra modifier les lois qui permettront le tri, le fractionnement, la séparation et la vente des branches commerciales des entreprises trop importantes sur le marché alimentaire, qui pèsent sur la concurrence. L’Autorité de la concurrence et ses prédécesseurs, sous les anciennes appellations, comme le « Commissaire à l’antitrust » ou la « Cellule administrative au ministère de l’Industrie », n’ont pas fait grand-chose pour empêcher la construction de pieuvres géantes qui nuisent au niveau de vie des Israéliens, qui en ont assez des promesses politiques de justice pour les consommateurs.

A noter que sur l’ensemble des demandes de concentration dans tous les domaines, pas forcément alimentaires, en 2021, l’Autorité de la concurrence n’en a opposé que deux. Sur 267 demandes de fusion en 2021, seuls 8% ont été déposés dans l’agroalimentaire. Peut-être qu’il n’y a plus rien à mélanger !

Même sur la question de la pénurie de beurre début 2019, l’autorité de la concurrence n’est pas celle qui a agi dès le début et initié le changement demandé dans la politique du gouvernement, mais a été entraînée à féliciter le gouvernement pour ses actions après la réforme. effectué. Le gouvernement a élargi les quotas d’importation pour le beurre en franchise de droits, et plus tard, la franchise a été appliquée à l’importation de beurre et le panier de produits à base de beurre sous surveillance a été élargi.

L’Autorité de la concurrence a examiné l’effet sur les prix des mesures prises par le gouvernement pour remédier à la pénurie de beurre et a constaté que le gouvernement avait effectivement entraîné une augmentation de l’offre, une baisse des prix de divers beurres et l’entrée de petits acteurs sur le marché marché d’importation. L’Autorité de la concurrence a rendu un rapport en 2021 sur l’affaire du beurre et a suggéré de supprimer les quotas et les quotas pour les autres industries.

Plus tard, l’Autorité de la concurrence a proposé au gouvernement d’interdire aux importateurs directs de faire des actions qui pourraient nuire à la concurrence des importations parallèles, et même de permettre à l’Autorité de la concurrence d’infliger une amende à un importateur direct et officiel d’une entreprise étrangère pour avoir interféré avec les importations parallèles, avec la possibilité d’une amende pouvant aller jusqu’à 8% du chiffre d’affaires de l’entreprise qui interfère avec les importations parallèles jusqu’à une amende de 100 millions de NIS.

Les Français arrivent

Alors peut-être que ce que le souverain n’a pas fait sera fait par la chaîne de supermarchés française internationale Carrefour, qui a été fondée en 1959 et compte environ 12 000 magasins dans le monde avec près de 320 000 employés. Ses revenus en 2021 étaient d’environ 73 milliards d’euros.

Carrefour est sur le point de faire une école pour les chaînes de commercialisation en Israël, qui profitent depuis des années d’un marché peu concurrentiel et font de leur mieux en l’absence de concurrence des chaînes de distribution à l’étranger.Carrefour opère en Chine, à Taïwan (en partenariat local), bien au Brésil et au Moyen-Orient, dont l’Iran, l’Égypte, l’Irak et la Jordanie Elle opère en Turquie, en Géorgie et même en Albanie, dans la majeure partie de l’Union européenne ainsi que dans les anciennes colonies françaises d’Afrique du Nord – Maroc et Tunisie.

Naturellement, Carrefour dispose d’un formidable pouvoir d’achat auprès de fournisseurs du monde entier pour ses chaînes, soigneusement planifiées selon des tailles prédéterminées pour augmenter les ventes au mètre carré et s’adapter à la population désignée en fonction des caractéristiques de consommation locales. Carrefour rachète également les petits commerces de proximité Carrefour utilise des technologies de pointe pour optimiser ses magasins, augmenter la productivité et accumuler des informations considérables : ce qui a été acheté, ce que les clients ont préféré, comment les retourner pour les achats répétés et, bien sûr, l’attention portée au service.

Carrefour s’appuie de plus en plus sur la technologie et les algorithmes pour savoir quoi proposer aux clients – 23% de ses ventes sont recommandées par les algorithmes. Il dispose également d’un ensemble sophistiqué de publicité numérique, de collecte de données et d’analyse des données de performance. Déjà aujourd’hui, un cinquième de ses ventes résultent de la poussée numérique.

Comment Carrefour agira-t-il contre Tnouva et que feront les autres chaînes de commercialisation pour survivre et empêcher une baisse de leur rentabilité ? Nous allons attendre et voir. Que fera le nouveau gouvernement dans le domaine de la réduction du coût de la vie en Israël ? Nous allons attendre et voir. Comment le public et les clients vont-ils réagir ? Nous allons attendre et voir.

Notre canal Telegram en temps réel est devenu privé pour des raisons de sécurité, pour le rejoindre veuillez vous rendre avec ce lien : https://t.me/+SHjkfg13uJlbAcnk


Nos autres sites sur Alyaexpress-News
  • Infos Israel News - Toute l'info en direct d'Israel
Lien  : https://infos-israel.news/
  • RAK BE ISRAEL - Les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel
Lien  : https://rakbeisrael.buzz/
  • CQVC - Recherche et analyses contre les fakes news !
Lien : https://cqvc.online/
  • Alyaexpress-News - Les infos de tous nos sites réunis :
Lien  : https://alyaexpress-news.com/
  • Ougasheli - La pâtisserie et la cuisine juive
Lien  : https://ougasheli.com/
  • Israel Chrono : Vente produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables !
Lien : https://israelchrono.com/