Nous avons grandi en écrivant des lettres à Washington pour sa libération. C’est donc quelque peu surréaliste d’être assis en face de Jonathan Pollard à Jérusalem, où il se prépare à se présenter aux prochaines élections nationales – quand elles auront lieu.

« Écoutez, soit vous faites partie de la solution, soit vous faites partie du problème », dit-il d’un ton neutre. « Vous ne pouvez pas rester les bras croisés et critiquer. Si vous croyez en ce que vous dites, vous devez participer.

Pollard a les yeux rivés sur la Knesset depuis son retour au pays avec sa défunte épouse Esther, il y a quatre ans. Il avait passé 30 ans en prison aux États-Unis, dont sept en isolement, accusé d’espionnage pour le compte d’Israël contre l’Amérique. Il a ensuite vécu assigné à résidence et soumis à d’autres restrictions à New York de 2015 à 2020.

Que vous soyez ou non d’accord avec lui et sa politique, il est devenu une célébrité locale. S’il se présente, il voudrait figurer sur la liste Otzma Yehudit d’Itamar Ben-Gvir . Il affirme que Ben-Gvir a une mauvaise réputation imméritée.

“Il n’a jamais été autorisé à réaliser certains de ses projets”, déclare Pollard. « Il dit parfois des choses assez farfelues », admet Pollard. « C’est un homme plein d’émotion. Mais je lui fais confiance. Je crois que son cœur est au bon endroit.

Pollard s’est vu proposer de se présenter aux côtés de Ben-Gvir lors des dernières élections – en fait, pendant environ 24 heures, le pays a cru qu’il le ferait – mais finalement, dans l’ombre de la perte de sa femme, décédée quelques mois seulement avant les élections. , Pollard dit que sa tête n’était tout simplement pas au bon endroit.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lui a également offert une première place aux élections de 2021 lorsque Netanyahu n’a pas réussi à remporter la couronne, mais il a également décidé de ne pas se présenter à ce moment-là.

“Un de mes amis m’avait appelé et m’avait dit : ‘Attention, ne t’implique pas parce que Bibi ne va pas gagner'”, et il aurait brûlé beaucoup de ponts, se souvient Pollard. Il savait que s’il rejoignait le poste de Premier ministre à l’époque et que celui-ci perdait, il ne pourrait peut-être plus jamais se présenter – c’est pourquoi il ne l’a pas fait.

Mais Pollard entretient depuis longtemps des liens étroits avec Netanyahu – qui se tenait sur le tarmac lorsque Pollard a atterri en Israël à l’hiver 2020, en pleine pandémie.

“L’atterrissage a été hystérique”, dit Pollard en secouant la tête. « Bibi avait promis par écrit à [l’ancien président américain Donald] Trump : pas de publicité. J’aurais dû m’en douter, mais j’ai vu tous les caméramans lorsque nous sommes arrivés à l’atterrissage. Je me suis tourné vers Esther, aleha hashalom [qu’elle repose en paix], et j’ai dit : « Qu’est-ce que je dis ? Elle s’est penchée en arrière et a dit : « Je suis à la retraite. C’est de ta faute.’

La prochaine chose qu’il a su, c’est que le copilote – conscient des restrictions liées au COVID – a dévalé les escaliers de l’avion et a demandé à Netanyahu de récupérer les bagages. Il a ensuite posé la main sur le Premier ministre et lui a demandé : « Parlez-vous anglais ?

Pollard se souvient que le Premier ministre riait : le copilote l’avait pris pour un employé de l’aéroport.

“Bibi pensait que c’était la chose la plus hystérique que vous ayez jamais entendue”, dit Pollard.

Un nouvel amour s’épanouit

Nous sommes assis au restaurant laitier de l’hôtel Waldorf, King’s Court. Pollard est un habitué ici et tout le personnel vient lui serrer la main. Ils hochent la tête avec admiration et vérifient à plusieurs reprises que tout va bien.

Le restaurant à côté du hall est magnifique, bien éclairé et moderne avec des sièges moelleux dans lesquels nous nous enfonçons lors d’une soirée sombre et pluvieuse à Jérusalem. Cela convient également parfaitement à Pollard : en 1935, le gouvernement britannique a loué le bâtiment pour servir de bureau. La Commission Peel, créée en 1936 pour enquêter sur les troubles en Palestine mandataire, a tenu ses séances dans la grande salle de l’ancien Palace Hotel.

Différents témoignages, dont ceux du haut-commissaire et de sa secrétaire, ont été donnés à huis clos. Les dirigeants de la communauté juive qui voulaient savoir ce qui se disait ont demandé l’aide de l’ingénieur de l’hôtel, et des microphones ont été installés à l’intérieur des luminaires électriques au-dessus de la table de réunion. Un appareil d’enregistrement caché enregistrait les discussions sur des bobines, qui étaient transmises quotidiennement aux représentants des institutions nationales.

Autour de bouchées de salade – chacun de nous, y compris la nouvelle épouse de Pollard, Rivkah, a essayé une variété de salade différente et toutes étaient savoureuses – nous parlons de tout, des racines de Pollard aux histoires de prison en passant par les livres qu’il lisait lorsqu’il était confiné dans une cellule. On apprend que son grand-père était un producteur laitier sur l’Hudson à New York qui, pendant la Prohibition, s’approvisionnait en fûts de whisky roulés sur la rivière. Pollard a grandi au Texas.

Pollard a un rire chaleureux mais modeste, et sa longue barbe blanche tremble comme le Père Noël avec un « ho-ho-ho » lorsqu’il s’excite. Il aime le whisky et le vin, et particulièrement le vin cultivé dans l’État d’Israël.

Mais surtout, il aime deux femmes : sa défunte épouse et sa nouvelle.

Il a rencontré Rivkah, une mère célibataire originaire de Birmingham, au Royaume-Uni, au Malha Mall alors qu’il faisait du shopping avec Esther. Rivkah essayait de faire écrire un livre sur son père, et ils ont commencé à parler. La conversation a duré environ une heure et Esther est restée là, souriante. Lorsqu’ils se séparèrent, Esther demanda à Pollard : « Est-ce que tu l’aimes bien ?

«Je suis un vieil homme marié et je reconnais les pièges quand j’en entends un», dit Pollard. « Alors j’ai dit : « Pourquoi demandes-tu ? C’est plutôt inapproprié. Et elle a dit : ‘Eh bien, je n’y arriverai pas et je veux que tu sois heureux.’

Esther était en train de mourir d’un cancer du sein et, peu de temps après, lorsqu’elle s’est rendue une dernière fois à l’hôpital, elle n’a cessé de répéter à Pollard qu’il devait épouser Rivkah.

« C’était dur d’entendre ça parce que je ne voulais pas la perdre. Et j’ai soudain réalisé que, vous savez, je pouvais essayer de sauver huit millions de Juifs, mais je ne pouvais pas en sauver un seul », dit Pollard avec regret.

Mais six mois plus tard, il a accepté son offre et a contacté Rivkah.

«J’avais peur parce que cela faisait longtemps que je n’étais pas sorti en couple. Et je pensais : « C’est une belle femme ; il n’y a aucun moyen qu’elle regarde ce vieux bouc. Je l’ai invitée à déjeuner chez Piccolino », se souvient Pollard. «Après avoir échangé des plaisanteries, j’ai juste dit : ‘Veut tu te marier ?’ Et elle m’a regardé, et j’ai vu qu’elle y réfléchissait. Et elle a dit : « Oui. Que veux tu pour le déjeuner ?’

Pollard admet qu’il était follement amoureux d’Esther pendant 40 ans et qu’il était difficile d’envisager d’aimer quelqu’un d’autre. «C’était presque comme une trahison», dit-il. « Mais en poussant notre shidduch, elle m’a donné la liberté d’aimer et de me remarier. Elle m’a sorti de prison avec l’aide de Dieu. Elle m’a ramené à la maison et la dernière chose qu’elle a faite a été de me donner ma femme.

“Elle est très vivante avec nous.”

Les activités de Pollard après la prison

Aujourd’hui, Pollard se concentre sur la création de quatre start-ups qu’il avait imaginées en prison. Ils traitent de l’eau de mer, des protéines synthétiques, des énergies renouvelables et du stockage d’énergie. À l’heure actuelle, elles sont toutes autofinancées. Il aide également à élever les sept enfants de Rivkah.

“Il n’y a rien en prison qui m’ait autant effrayé que d’avoir affaire à quatre filles israéliennes de 11, 14, 16 et 18 ans”, dit Pollard avec tendresse en prenant une bouchée de sa salade de fruits. « J’avoue que je suis un lâche à l’égard de la plus jeune de 11 ans. Tout ce qu’elle a à faire, c’est de donner l’impression qu’elle va pleurer, et tout ce qu’elle veut, c’est bien.

Pollard travaille sur ces sociétés parce qu’il estime qu’Israël est vulnérable à sa dépendance vis-à-vis des importations de gaz naturel et de produits alimentaires offshore.

«Je pense que nous devons développer de petits réacteurs modulaires qui peuvent être enterrés, renforcés et dispersés afin de développer un système de micro-réseaux à travers le pays, et le réseau constitue essentiellement une solution de secours», explique Pollard. Il parle également d’un projet sur l’uranium faiblement enrichi, qui représente selon lui l’avenir.

Pollard admet également qu’il est « extraordinairement déprimé » par ce qui s’est passé le 7 octobre, principalement parce que cela aurait pu être évité.

« Dès mon arrivée ici, je n’ai jamais parlé de réforme judiciaire. J’ai parlé de réforme militaire parce que j’avais l’impression – et malheureusement cela s’est confirmé – que l’armée était incapable de penser de manière offensive. Et nous savons désormais quelles en sont les conséquences.»

Il dit que Tsahal devrait être rebaptisé « Armée israélienne » et changer de mentalité. Il pense également qu’Israël devra annexer Gaza s’il veut que les habitants retournent dans le Sud.

« Je dis que nous devons évacuer la population arabe résidente [de Gaza] », maintient Pollard. «Je me fiche de savoir où ils vont. Ma préférence va à l’Irlande. Je pense que les Irlandais le méritent. Le député irlandais Richard Boyd Barrett a même enfilé un keffieh, note-t-il.

Il y a juste assez de temps pour quelques histoires de prison qui font que Shawshank de Stephen King ressemble à un jeu d’enfant, mieux vaut ne pas le publier dans un magazine familial. Pollard raconte comment il a vécu ses journées dans une petite cellule, où il a installé une radio (même si c’était contraire aux règles) et lu des piles de livres ; Esther lui envoyait aussi régulièrement des coupures de presse. Les trois livres qui l’ont le plus marqué : La femme du voyageur temporel ; Les Colombes ; et Comme une feuille conduite .

« J’ai vu le meilleur et le pire », affirme Pollard.

Les soldes folles continuent sur Aliexpress ! Dans le cadre de la vente, il y aura une baisse de prix sur une grande variété de produits Et les coupons sont particulièrement intéressants !! La liste des coupons contre une variété de produits :
  • 🛒 3$ de rabais sur les achats de plus de 29$ : Code promo OUTDOOR3
  • 🛒 8$ de rabais sur les achats de plus de 69$ : Code promo OUTDOOR8
  • 🛒 20$ de rabais sur les achats de plus de 169$ : Le code promo est OUTDOOR20
  • 🛒 30$ de rabais sur les achats de plus de 239$ : Le code promo est OUTDOOR30
  • 🛒 50$ de rabais sur les achats de plus de 369$ : Le code promo est OUTDOOR50
Allez sur la page de vente ici : https://s.click.aliexpress.com/e/_Dk87Pwp
Nos autres sites sur Alyaexpress-News
  • Infos Israel News - Toute l'info en direct d'Israel
Lien  : https://infos-israel.news/
  • RAK BE ISRAEL - Les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel
Lien  : https://rakbeisrael.buzz/
  • CQVC - Recherche et analyses contre les fakes news !
Lien : https://cqvc.online/
  • Alyaexpress-News - Les infos de tous nos sites réunis :
Lien  : https://alyaexpress-news.com/
  • Ougasheli - La pâtisserie et la cuisine juive
Lien  : https://ougasheli.com/
  • Israel Chrono : Vente produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables !
Lien : https://israelchrono.com/