C’est le témoignage de Kawther Salam qui tient le blog de Europa & Nouvelles de Palestine qui prétend avoir fui les «forces d’occupation israélienne» à Vienne. Mais qui ne se gène pas non plus de révéler qu’un  grand nombre d’hystérectomies (ablation chirurgicale de l’utérus) se font dans les hôpitaux de l’autorité palestinienne, prétendument sur les filles et les femmes qui ont un «handicap mental». Mais ce n’est pas toujours le cas, car  des hystérectomies sont faites pour préserver « l’honneur familial » et de plus en plus souvent.

Un chercheur palestinien à l’Université de Birzeit a découvert cette situation scandaleuse qui est un crime contre l’humanité dans laquelle les familles palestiniennes en Cisjordanie font vivre à leurs filles  « une chirurgie utérine » (hystérectomie). Les filles en question sont pour la plupart déclarées comme ayant une déficience mentale, et les hôpitaux qui sont administrés par l’Autorité nationale palestinienne («ANP») font de nombreuses interventions. Les chirurgies sont effectuées après que des  familles ont parlé aux médecins et aux autorités religieuses car ils craignent que leurs filles soient violées, et deviennent enceintes…

Un psychologue palestinien a révélé qu’il y actuellement 50 cas de jeunes filles en Cisjordanie qui sont encore sur la liste d’attente pour ces opérations. Dans une tentative désespérée de l’autorité religieuse islamique, qui travaille sous l’autorité du PA, le mufti de Jérusalem  qui auparavant avait émis un édit religieux («fatwa») permettant aux familles palestiniennes de réaliser une hystérectomie réalisée sur leurs filles (un crime contre l’humanité), a critiqué ces mêmes familles palestiniennes en disant qu’ils ne doivent pas faire usage que de ces « vieux » édit religieux qui était censé être délivré par l’autorité islamique pour un cas spécifique. Le Mufti a nié avoir autorisé une fatwa qui permet une telle opération!

Un groupe de médecins travaillant dans les hôpitaux de l’AP qui sont liés par des intérêts privés dont plusieurs membres du personnel de l’Autorité nationale palestinienne  prennent de l’argent pour couvrir ces crimes. Les médecins qui  procèdent à ces  opérations pour un prix élevé, va directement dans les poches du gouvernement. Toutes ces opérations sont supprimées sur les ordinateurs de l’hôpital. Certains médecins font les opérations dans leur propre clinique, à la maison, au mépris total de leur devoir en tant que médecins et de la dignité des patients.

Dans le cadre de l’hystérectomie il doit être noté que les questions d’abus sexuels et l’inceste sont très répandues dans les territoires palestiniens et au sein des familles, des écoles et institutions dans les villes, villages et les institutions gouvernementales. Dans un tel marasme, les hystérectomies forcées des jeunes filles et des femmes qui sont accusées d’avoir des «problèmes mentaux» sont plus que pratique pour éviter les grossesses non désirées et la honte qu’elles apporteraient. Dans tous les cas, ces crimes sont traités d’une manière qui  protège les auteurs et les aident à continuer perpétrer des crimes tout en  punissant les victimes (femmes, mineurs, filles) ou les tuer dans les soi-disant «crimes honneur» ou bligeant les jeunes filles handicapées ou malades mentaux (réels ou pas) à subir des opérations d’ hystérectomie.

 

Source : Kawther Salam – Europa & Nouvelles de Palestine

 

3 COMMENTS

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.