L’ONU exhorte immédiatement à Israël le contrôle de ses installations nucléaires

La Centrale de recherche nucléaire de Dimona dans le Negev. L’ONU ne peut toujours pas avoir accès au site.

174 membres de l’ONU ont appelé Israël à accepter le traité de non-prolifération nucléaire et permettre aux inspecteurs de l’ONU de visiter ses installations.

C’est ce matin que l’ONU a approuvé après une écrasante majorité une résolution demandant à Israël de faire contrôler immédiatement ces centrales nucléaires selon le traité de Non Prolifération. Le vote impose à Israël d’autoriser les inspecteurs de Agence internationale de l’Organisation des Nations Unies Atomic Energy Commission (AIEA) de visiter ses sites nucléaires  « afin d’éviter le développement, la production, l’essai ou tout autre moyen d’acquérir des armes nucléaires» et «déclarer qu’il ne détient pas de telles armes. »

Rejoignez moi sur la Newsletter, Telegram et Facebook 

Newsletter
Telegram
Facebook

Une décision prise par la majorité des 174 pays avec seulement six voix contre (Israël, États-Unis, le Canada, la Micronésie, les îles Marshall et Palau). Six pays se sont abstenus (Australie, Cameroun, Éthiopie, Inde, Panama et Côte-d’Ivoire).

Lors de la discussion à l’Assemblée générale, les membres des Nations unies ont réclamé la démilitarisation au Moyen-Orient des armes nucléaires, à la suite des conclusions obtenues en 2010, lors de la Conférence des États  à la Convention.

L’Assemblée générale a invité les pays qui ne sont pas signataires de la Convention à y adhérer, mais aussi à  signer sous la supervision de l’AIEA. Cette proposition a été acceptée par une large majorité, et seuls Israël et l’Inde, le Pakistan et le Bhoutan ont refusé.

»


Il convient de noter que l’UE a soutenu le vote de la reconnaissance de la Palestine comme un état non-membre de l’Assemblée générale. Trois pays n’ont pas signé le traité – Israël, l’Inde et le Pakistan – Israël n’a jamais confirmé publiquement être doté d’armes nucléaires, contrairement à l’Inde et au Pakistan.

(Photo:  Gettyimages)
Parce qu’Israël n’est pas signataire du Traité TNP, Jérusalem, empêche les visites des inspecteurs de l’ AIEA du réacteur de Dimona et ne leur permet pas de le superviser. Cependant, il leur a été permis de visiter le petit réacteur de  Nahal Soreq.
Il  faut rappeler à l’ONU que les développements dans le monde arabe en particulier en Syrie et en Iran, entravent la diplomatie finlandaise. La position d’Israël concernant la création d’une zone exempte d’armes nucléaires au Moyen-Orient devra avant entraîner la signature des pays de la région concernant les accords de paix, afin de maintenir la sécurité. Mais aussi approuver la dissolution des armes de destruction massive comme les agents chimiques et biologiques, et l’envoi de milliers de missiles sur Israël.
Il sera donc possible après toutes ces conditions respectées, qu’Israël accepte un désarmement nucléaire. (Si Israël possède des armes nucléaires…)

 

[signoff}