Jeudi matin, Israël a adressé un message audacieux à tous les pays impliqués dans la guerre en Syrie, disant qu’il était préparé à une confrontation militaire avec l’un d’entre eux s’il considérait que cette confrontation était vitale pour sa sécurité.

Les présidents Donald Trump et Vladimir Poutine ont conclu un accord de cessez-le-feu lors de leur réunion du 7 juillet lors du sommet du groupe des 20 à Hambourg, en Allemagne. Trump s’est vanté de savoir comment, après des années de tentatives de paix qui n’avaient jamais été menées sous l’administration Obama, une nouvelle trêve marquant le début de la fin de la guerre. “Tout à coup, vous n’aurez plus de balles en Syrie”, at-il prédit.

Les Russes étaient également exubérants, disant qu’ils prévoyaient envoyer la police militaire en Syrie pour patrouiller les lignes de cessez-le-feu. Ils allaient établir des «zones de désescalade» à travers la Syrie et, finalement, stabiliser le régime du président Bashar Assad.

Mais Israël, qui n’a pas été consulté, pour un tel cessez-le-feu qui a directement affecté sa situation de sécurité. Le Premier ministre Netanyahu , en colère comme cela a été le cas avec l’accord nucléaire en cours en Iran en 2015,  a déclaré à tous ces pays intervenants, que ces «zones de désastre» russes à la frontière de son pays signifiaient la présence de la milice iranienne et le Hezbollah à cette même frontière, et cela, comme il l’a énormément souligné, était inacceptable.

Ce qui a suivi ont suscité des débats entre Jérusalem et Moscou, y compris une décevante visite de Netanyahou avec Poutine; et des échanges similaires entre Jérusalem et Washington. Tout est tombé sur la question de savoir si Israël devrait se retirer, se rendant compte qu’il était confronté à des puissances beaucoup plus grandes que son propre pays, ou agir comme le fait d’habitude Israel, lorsqu’il s’agit de défis pour sa sécurité.

Ce jeudi matin, Israël a envoyé un message clair – en supposant que ce soit Tsahal qui a bombardé la centrale chimique syrienne dans le district de Hama dans l’ouest de la Syrie, où le Maj. Gen. (Res.) Yaakov Amidror a affirmé sur Israël Hayom ce vendredi que, jusqu’à présent, la politique d’Israël avait mis l’accent sur l’interdiction de l’expédition d’armes iraniennes et syriennes vers le Hezbollah au Liban, mais maintenant Israël cherchera des sites appartenant au gouvernement syrien car le pays les considère comme une menace.

Il semble que les décideurs aient compris que si Israël n’agissait pas, une situation menaçante pourrait surgir lorsque de nouveaux systèmes d’armes atteindraient le Hezbollah et amélioreraient sensiblement ses capacités, a conclu Amidror.

Zvi Barel a noté à Ha’aretz vendredi l’attaque israélienne, peu de temps après la rencontre de Netanyahou avec Poutine à Sotchi sur la mer Noire, où ce dernier a apparemment a aussi appris l’implication directe israélienne en Syrie.

La doctrine russe en Syrie – portée par son expérience à Alep, où l’Iran a saboté un cessez-le-feu arrangé sans son consentement – détermine que la Russie doit chercher un soutien iranien pour ses actions en Syrie. En un sens, l’Iran possède Assad, grâce à la forte présence de ses milices et du Hezbollah dans le pays. Netanyahou sait que, malgré les promesses Russes de bloquer le Hezbollah et éviter le développement de leurs forces dans la partie syrienne de la frontière nord d’Israël – ils ne peuvent pas se fier à ces assurances, en raison de leur propre doctrine.

Et donc, jeudi matin, avec le bombardement en Syrie, à environ 64 km d’une base militaire russe à Ladakiya, Netanyahou a indiqué qu’Israël était prêt à entrer en conflit direct avec les Russes en Syrie, si cela était nécessaire.

L’establishment de la défense en Israël estime que la Syrie et le Hezbollah élimineront les représailles de l’attaque attribuée à Israël, selon Ma’ariv. Le message complémentaire qu’Israël a envoyé à ses deux ennemis a été le plus grand exercice de Tsahal depuis des décennies le long de la frontière nord. Le Hezbollah observe et décide pour l’instant, de retenir son action. Il reste à voir si les Russes réagiraient à un certain point à l’avenir pour le défi d’Israël, ou atteindraient la même conclusion qu’ils ont parvenues avec l’Iran, à savoir que vous ne pouvez pas faire de cessez-le-feu et des “zones de désastre” sans consulter l’armée la plus puissante de la région.



❗ REJOIGNEZ NOUS SUR TELEGRAM MAINTENANT ❗

ARTICLES 🔴 ANALYSES 🔴 VIDEOS 🔴AUCUNE CENSURE 🔴 EN DIRECT 🔴 PAS DE SPAM 🔴PAS DE PUB🔴 CHAT POUR TOUT LE MONDE 🔴 CHOMER SHABATH POUR LA PROTECTION DE NOS SOLDATS

   
Nos autres sites sur Alyaexpress-News
  • Infos Israel News - Toute l'info en direct d'Israel
Lien  : https://infos-israel.news/
  • RAK BE ISRAEL - Les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel
Lien  : https://rakbeisrael.buzz/
  • CQVC - Recherche et analyses contre les fakes news !
Lien : https://cqvc.online/
  • Alyaexpress-News - Les infos de tous nos sites réunis :
Lien  : https://alyaexpress-news.com/
  • Ougasheli - La pâtisserie et la cuisine juive
Lien  : https://ougasheli.com/
  • Israel Chrono : Vente produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables !
Lien : https://israelchrono.com/