Pour la deuxième fois dans l’histoire : le virus du sida a disparu chez une femme sans aucun traitement

Une femme de 30 ans a récemment été documentée comme étant guérie du VIH, huit ans après avoir été diagnostiquée pour la première fois, ont rapporté lundi dernier des chercheurs d’Argentine et des États-Unis. Ce n’est que le deuxième cas de l’histoire dans lequel un patient se remet du virus sans le traitement habituel, ce qui rend le cas particulièrement intriguant parmi les professionnels de la santé du monde entier, et donne aux chercheurs l’espoir qu’un jour plus de personnes porteuses du virus VIH pourront être guéries.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Selon un rapport de l’équipe internationale de scientifiques des Annals of Internal Medicine, la patiente, originaire d’Argentine, n’a trouvé aucune preuve d’un virus complet qui pourrait se répliquer après avoir examiné des millions de cellules dans son corps. Ce chiffre a conduit les chercheurs à conclure qu’elle était probablement guérie naturellement du virus, 8 ans après avoir été infectée. Les chercheurs ne savent pas comment son corps s’est débarrassé du virus, et l’hypothèse est qu’il s’agit d’une combinaison de différents mécanismes immunitaires, peut-être même congénitaux.

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

La patiente de 30 ans, diagnostiquée séropositive en 2013, est tombée enceinte en 2019 et a commencé un traitement avec les médicaments « ténofovir » et « emtricibine », au cours des deuxième et troisième trimestres de sa grossesse. Elle a donné naissance à un bébé en bonne santé qui n’était pas porteur du virus et a arrêté le traitement. Des millions d’échantillons de sang prélevés sur elle, ainsi que des échantillons du placenta de son bébé, ont montré qu’elle était porteuse du virus dans le passé et qu’elle n’avait pas de virus complet dans son corps qui pourrait se répliquer, ce qui signifie simplement qu’elle était séronégative.

Selon les données officielles, il y a actuellement environ 38 millions de personnes vivant avec le VIH dans le monde, ce qui pourrait conduire à l’effondrement du système immunitaire ou au SIDA. L’année dernière seulement, 690 000 personnes sont mortes de maladies liées au sida dans le monde, un nombre énorme qui explique probablement pourquoi les chercheurs s’accrochent à toutes les nouvelles données scientifiques qui pourraient aider et éventuellement faire avancer les chercheurs sur la voie de la médecine.

Le partage de nos articles est autorisé par les autres sites avec les conditions suivantes :

Un seul paragraphe publié et diriger le lecteur vers notre site source.

Nous demandons cela car le manque d'audience d'un site le met en danger et aussi par professionnalisme. En effet, nous sommes en ligne depuis 10 ans et partageons avec grand plaisir nos articles.

Merci de respecter nos conditions.

   

🟦 ANNONCE 🟦