Lors d’une réunion avec son cabinet à la Maison Blanche, le président américain a suggéré que l’Iran puisse avoir la main libre sur le territoire syrien, au moment même où les troupes américaines quittent le pays après plus de 4 ans et quand Israël est sur la défensive pour éviter toute action de Téhéran à sa frontière nord.

« L’Iran n’est plus le même pays qu’avant depuis leur implication en Syrie. Ils peuvent faire ce qu’ils veulent là-bas, pour dire la vérité « , a déclaré le président lors de la réunion de mercredi, tout en évoquant les conséquences de la sortie des Etats-Unis et l’accord de 2015 sur le nucléaire.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Le site du Kiff : Tout ce que vous ne savez pas sur les avantages en Israel et ses découvertes, rendez vous sur Rak Be Israel !

Israël, qui considère l’Iran comme une menace pour sa sécurité nationale par son enracinement sur le territoire syrien avec lequel il soutient le régime de Bachar Al-Assad, a exercé des actions défensives ces dernières années afin de maintenir ses objectifs et, confiant également dans un soutien militaire américain.

Ensuite, en abordant le problème de la Syrie, Trump a déclaré qu’il ne voulait pas laisser les soldats des États-Unis sur le terrain, puisqu’il ne s’agit que de « sable et de mort », et pour ces raisons, ils ont décidé de retirer près de 2 000 soldats postés dans le pays arabe qui combattent l’Etat islamique depuis 2014. Il a imputé l’instabilité de la Syrie à la politique de son prédécesseur, Barack Obama, qui n’a pas attaqué Assad après avoir franchi la « ligne rouge » de l’ancien président américain d’utiliser des armes chimiques contre leur propre population. « Vous ne pouvez pas faire une menace et ne rien faire ensuite. La Syrie a donc été perdue il y a longtemps « , a-t-il déclaré.

En outre, il a critiqué les Kurdes du nord de la Syrie, dont les États-Unis ont soutenu tout au long de la guerre civile, puisqu’il a assuré qu’ils vendaient du pétrole à l’Iran, ce qui le contrarie.

Pas plus tard qu’hier, lors d’une réunion entre le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, et le secrétaire d’Etat américain, Mike Pompeo, ce dernier a assuré que, malgré le retrait des troupes, la Maison Blanche maintiendrait l’engagement qu’elle a pris envers Israël pour sa sécurité dans la région, en particulier face à la menace que représente l’Iran dans la région du fait de son établissement militaire en Syrie. Netanyahu l’a remercié pour le soutien fourni par les États-Unis. Israël, dans son droit de se défendre, a déclaré qu’il chercherait avec le secrétaire à renforcer sa coopération en matière de renseignement et d’opérations avec les États-Unis dans la teneur du retrait de ses troupes.

La semaine dernière, Trump a déclaré qu’il ne croyait pas le fait que les Etats-Unis retirent ses troupes de Syrie mettrait Israël en danger en renforçant la main de Téhéran par l’un de ses voisins immédiats. « Eh bien, je ne le vois pas comme ça. J’ai parlé à Bibi « , a-t-il déclaré. « J’ai dit à Bibi. Et, vous savez quoi, nous donnons à Israël 4,5 milliards de dollars par an. Et ils se défendent très bien.  »

❣️ SOUTENEZ L'EQUIPE D'INFOS-ISRAEL.NEWS ❣️

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.