Le coronavirus est une mauvaise blague : pour la moindre violation des règles établies de distanciation, la punition est sévère. Le commandement du district militaire sud de Tsahal a dû appeler d’urgence à l’aide de réservistes après que presque tous les conscrits aient été infectés par le coronavirus au poste d’observation de la division de Gaza. L’unité, chargée de surveiller la frontière avec la bande de Gaza, a été divisée en deux capsules afin de ne pas mettre en danger l’ensemble du personnel. Mais soudain, tout le monde était malade. Il s’est avéré que cela était dû au non-respect de la division en capsules d’une des femmes officiers : elle appartenait à une capsule, mais en violation des règles, a continué à travailler avec les soldats dans la seconde.

«Après qu’un virus ait été trouvé chez l’un des militaires du poste d’observation, tous ses collègues ont été mis en quarantaine et testés. Le COVID-19 a été diagnostiqué chez 37 filles. Tous ont dû être renvoyés chez eux ou au département des coronavirus de l’unité médicale  », a déclaré le service de presse de Tsahal. « La disponibilité opérationnelle du poste d’observation n’a pas souffert : leur place a été prise par les réservistes. » «Dans l’armée israélienne en général, et dans cette unité en particulier, tous les ordres concernant le coronavirus sont observés et de grands efforts sont déployés pour protéger la santé des militaires», assure l’armée, bien que ce qui s’est passé soit complètement contraire à cela.

Selon les dernières données publiées par Maariv, le nombre d’infectés dans cette unité est aujourd’hui passé à 40, soit 90% des observateurs sur ce tronçon de frontière. Les 10% restants ont également dû être mis en quarantaine.

Dans le même temps, aucun coronavirus n’a été détecté parmi les soldats d’autres unités de la division Gaza interagissant avec les observateurs. Cela suggère que les précautions sont toujours suivies.

Publicité 

ABONNEZ VOUS A NOTRE COMPTE YOUTUBE