Nasrallah dans une interview avec Al-Manar. Photo: AFP

Les soldats de l’unité 8200 se sont assis à la fin de la semaine et ont traduit chaque mot, chaque virgule et chaque dialecte de l’interview de Hassan Nasrallah à la télévision Al-Manar à l’occasion des 13 années écoulées depuis la fin de la Seconde guerre du Liban.

Il a choisi de commencer par préciser que la frontière sud du Liban est plus sécurisée que jamais par le Hezbollah et a déclaré qu ‘ »il existe un rapport de forces entre une organisation d’insurrection et un pays qui se considère comme l’un des plus puissants au monde sur le plan militaire ».

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.
Le point culminant était la carte de l’État d’Israël ou « Palestine occupée », comme il l’avait décrite à l’avance pour l’émission coordonnée. De la carte, bien sûr, les territoires de Judée, Samarie et du Golan ont été omis, « ce qui pour nous est la Syrie et ne fait pas partie de l’entité », a précisé Nasrallah.
Il a ensuite expliqué pourquoi, malgré le fait que son organisation pouvait atteindre Israël avec des roquettes et des missiles, sa cible privilégiée pour une future attaque contre Israël serait la région de Dan. Ce faisant, il e a en réalité délimité les limites de la zone de combat du Hezbollah, en complément de l’aile militaire supplémentaire de l’Iran, et du Hamas.

« Le sud est en grande partie vide, il y a Beer Sheva et Eilat. Le reste n’est pas important, il n’y a que de petites colonies », a déclaré Nasrallah. Le plus important est la bande côtière, ce qui prouve à quel point Israël est faible, c’est comme une toile d’araignée où se trouvent la plupart des colons, et comprend également tous les centres de base du pays. Les armes non conventionnelles, infrastructure de société d’électricité, etc. 90 pour cent des objectifs sont là-bas. Nous les ramènerons à l’âge de pierre.  »

Depuis 2000, le secrétaire général de l’organisation a réussi à établir sa position non seulement au Liban et dans le monde arabe, mais également en Israël, où il n’y a pas de commandant dans l’armée israélienne qui n’honore pas Nasrallah, qui a réussi à transformer une petite organisation terroriste en une armée d’État.

Israël devrait être préoccupé par le fait que son ennemi, qui possède aujourd’hui des capacités militaires considérables, échappe aux médias et que notre armée reste confuse quant aux tensions possibles, quand Nassralah déclare :  « Je ne souhaite aucune confrontation ».

Vous pouvez partager cet article avec les conditions suivantes :

infos israel sos netivot cqvc israelchrono rakbeisrael

Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !