Un mur de huit mètres de haut et de quatre kilomètres de long séparant les conducteurs israéliens et palestiniens a été construit le long de la route 437, de Ma’aleh Adumim au quartier de Jérusalem. La route, goudronnée pour alléger considérablement les embouteillages des automobilistes venant des localités de la région de Binyamin, a été surnommée « la route de l’apartheid » par les Palestiniens.

Le projet de construction de routes est une initiative du ministère des Transports coûtant plus de 150 millions de NIS et s’inscrit dans le plan du « Grand Jérusalem » du ministère des Transports visant à créer une continuité territoriale reliant les localités de Binyamin à Jérusalem. En outre, tout Palestinien qui souhaite pénétrer sur la route israélienne rencontrera le point de contrôle de la police et ne sera pas autorisé à y entrer.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

« La route s’appelle » la route de l’apartheid « , a déclaré Zakaria Abu al-Halawa, de l’association  » Ville des Nations « . « Elle part de la ville d’Anata, continue pour al-Za’ayyim, puis rejoint la partie israélienne, et relie plusieurs colonies trop proches de Ramallah. » selon lui.

Un autre militant de l’organisation « Ville des Nations », Aviv Tatarsky, a déclaré : « L’Etat d’Israël veut manger le gâteau et le laisser intact : imaginez que nous sommes un État démocratique, annexer de facto de nouvelles colonies à Jérusalem et continuer à contrôler des millions de Palestiniens. »

De son côté, le militant de droite Itamar Ben-Gvir a rejeté les affirmations de discrimination : « Personne ne discrimine les Arabes ici parce qu’ils sont Arabes, mais disons plus tôt qu’il y a un problème de sécurité ici », a expliqué Ben-Gvir.

Vous pouvez partager cet article avec les conditions suivantes :

infos israel sos netivot cqvc israelchrono rakbeisrael

Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !