Un examen des rapports sur une série d’arrestations dans la bande de Gaza montre que le réseau saoudien Al-Arabiya s’est appuyé sur un site Web palestinien hostile à l’organisation terroriste .

Ces derniers jours, nous avons été inondés de rapports du réseau saoudien Al-Arabiya. L’annonce par le Hamas il y a une semaine et demie qu’une escouade auxiliaire dirigée par Israël a été arrêtée dans la bande de Gaza n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd à Dubaï, le siège du réseau. Et les Saoudiens, qui attendaient l’occasion de se venger du Hamas, et ont en fait bon usage.

La ville de Dubaï aux Emirats Arabes Unis est le siège du réseau qui appartient au média monstre MBC. Depuis 2018, la société saoudienne contrôle 60% des actions. Les 40% restants sont toujours contrôlés par l’homme d’affaires saoudien Walid bin Ibrahim al-Ibrahim. Par coïncidence, environ un an avant l’accord, Walid était l’un des hommes d’affaires arrêtés sur ordre du régent Muhammad bin Salman. Avant que les parties ne parviennent à un accord, Walid a été libéré. On peut donc dire que même 40% des actions de la société qui ne sont pas contrôlées par Riyad sont soumises à son contrôle.

L’emprise du royaume sur le net ne se limite pas aux stocks. Par exemple, entre 2014 et 2015, Adel al-Turifi a occupé le poste de PDG de la chaîne d’information et a ensuite occupé le poste de ministre de la Culture et de l’Information du gouvernement saoudien.

Un peu d’ordre dans les rapports.

Dans la nuit du 3 juillet, une déclaration a été publiée par le ministère de l’Intérieur du Hamas. Le communiqué affirme qu’après une enquête en cours, plusieurs assistants qui avaient été pris pour cible par Israël et ont confisqué de l’argent et du matériel technique ont été découverts. Moins d’une semaine plus tard, le journal libanais affilié au Hezbollah, Al-Akhbar, a rapporté qu’il s’agissait d’agents de l’ Etat islamique . Il a déjà été allégué que le chef de la cellule a reconnu dans ses enquêtes qu’il y avait des contacts avec Israël.

Les deux rapports parlent d’une tentative de mener des attaques contre des cibles du Hamas. Le ministère de l’Intérieur à Gaza et al-Akhbar n’a publié aucune photo, mais on peut supposer que si l’un des suspects était arrêté, il s’agissait tout au plus de militants salafistes accusés d’avoir des liens avec Israël afin de fouler aux pieds leur image.

Le week-end dernier a apparemment annoncé un revirement dans l’histoire. L’agence de presse Amad a plus ou moins répété les informations du ministère de l’Intérieur et du Libanais Al-Akhbar.

Mais Amad n’était pas satisfait de cela. Selon leur rapport, la série d’enquêtes menées par l’aile militaire du Hamas auprès de ses membres, en particulier dans l’Est de Gaza, a été menée après la connexion d’un commandant de district coopérant – un membre supérieur de l’unité de commando naval nommé Izz a-Din al-Hajj Ali Bader, parti en bateau vers Israël.

Selon des sources anonymes, qui auraient parlé à Amad, la personne âgée s’est enfuie avec un ordinateur portable contenant des informations secrètes sur le commando naval, de l’argent et du matériel technique. Suite à cela, selon le rapport, la même escouade d’assistants dirigée par un commandant du quartier de Shaja’iya, nommé Muhammad Abu Ajawa, a été arrêtée.

Il a en outre été allégué que le même commandant était responsable du réseau électronique dans la région, y compris des caméras de sécurité et des réseaux de communication internes. Et selon le rapport, il a admis avoir eu des contacts avec Israël depuis 2009.

Depuis le début de cette semaine, ce reportage à l’agence de presse a été repris dans des versions similaires sur le réseau Al-Arabiya et même dans le journal saoudien Al-Sharq Al-Awsat. Les deux sont des médias contrôlés par le gouvernement saoudien.

Mais qui est l’agence Amad ?

Le site Web arabe déclare que le rêve des fondateurs était de publier un journal dans la ville de Gaza. Les circonstances, disent-ils, ne le permettaient pas et il a donc été décidé de créer un portail d’actualités « plus qu’un site Web et moins qu’un journal ». Le fondateur du site en 2007 (l’année du coup d’État du Hamas) n’est autre que Hassan Asfur, originaire de Khan Yunis qui dirige un site d’opposition pour l’Autorité palestinienne et le Hamas.

L’oiseau de Khan Yunis

Aspur comme son nom l’indique – un oiseau – a migré pendant des années en Jordanie, en Irak, au Liban et en Tunisie. Cela était dû en partie à son appartenance aux partis communistes. Au Liban, il a commencé à travailler comme journaliste jusqu’à son départ pour la Syrie après la guerre avec Israël. Il a ensuite travaillé sous Mahmoud Abbas au siège de l’OLP à Tunis, et a ensuite joué un rôle clé dans le processus d’Oslo.
Jusqu’en 2006, Asfur était le représentant de Khan Yunis au Parlement palestinien, et il est aujourd’hui considéré comme un porte-parole essentiel de l’Autorité palestinienne et en particulier du président Abu Mazen. Le reste est dû à l’héritage d’Abu Mazen d’Arafat en 2005.

Le journaliste chevronné n’est pas seulement considéré comme un critique sévère du président de l’AP, il méprise également le Hamas, dont il a décrit la victoire aux élections palestiniennes de 2006 comme un complot.

Revenons donc à la publicité sur le soi-disant transfuge du Hamas.

Le week-end dernier, Amed a publié un article déclarant qu’un commandant du commando naval du Hamas, non moins, avait fui en Israël. Plus tôt cette semaine, un article remarquablement similaire a fait surface sur le réseau Al-Arabiya. Dans quelle mesure est-il similaire? Le libellé de l’article révèle que la principale source d’al-Arabiya « Il n’est autre que le site » Amad « .

Les rapports sont devenus des sources

Al-Arabiya a rapporté que des documents secrets avaient été passés en contrebande par un commandant du Hamas par voie maritime à l’aide de navires israéliens, et que l’identité du fugitif n’avait pas été confirmée jusqu’à présent « , mais des sources palestiniennes disent qu’il était le chef d’une unité de commando naval dans les Brigades a-Zadin al-Qassem ». Ce ne sont pas des sources qui ont donné les informations à Al-Arabiya, sinon cela aurait été souligné. Le même article a répété que, suite à l’arrestation, le Hamas a arrêté plusieurs suspects pour complot avec Israël, dont un commandant du quartier de Shaja’iya et son frère.

Le réseau note également que les médias ont rapporté dans la bande de Gaza que Muhammad Abu Ajawa, qui est arrêté par l’appareil de sécurité intérieure, est accusé d’avoir des liens avec Israël. Et tout comme un reportage dans Amad, il a été dit qu’il était une figure importante du système électronique du Hamas à Shaja’iya, qui entretient des liens avec Israël depuis 2009. Al-Arabiya attribue toutes ces informations à des articles dans les médias de Gaza.

Amad n’opère pas depuis la bande de Gaza pour des raisons évidentes, par exemple sa page Facebook montre que cinq de ses managers travaillent en Egypte, un manager travaille en « Palestine » et un autre manager travaille depuis un endroit secret. Mais la publicité sur le site est apparue sur plusieurs autres sites palestiniens.

Soit dit en passant, le ministère de l’Intérieur du Hamas a nié ces informations. Et l’organisation terroriste a affirmé hier qu’Israël est celui qui alimente le réseau Al-Arabiya avec de fausses informations.

Pourquoi le réseau Al-Arabiya n’a-t-il pas mentionné la source des informations?

Il peut y avoir des raisons différentes et étranges à cela. De la paresse, par crainte de saper la crédibilité déjà fragile du rapport, à la coordination directe avec Asfur. Son numéro de téléphone est cependant dans le système. Mais cela vaut la peine de s’attarder sur d’autres informations. Selon le site libanais Recife 22, l’agence Amad est considérée comme un média proche des Émirats arabes unis, où se trouve Al-Arabiya. Le site Internet libanais, qui s’identifie comme indépendant et vit à Beyrouth, a également appris que des comptes Twitter saoudiens identifiés avec Regent Muhammad bin Salman faisaient écho au rapport sur le transfuge du Hamas.

Alors pourquoi les Saoudiens ont tonné ?

Les commentateurs arabes ont estimé que tout avait commencé par un câlin d’Ismail Haniyeh, le chef du bureau politique de l’organisation terroriste, à la milice houthie du Yémen, qui est en guerre avec l’Arabie saoudite. Cela est dû à ce que Haniyeh a décrit comme un soutien à la question palestinienne. Les commentateurs qui ne sont pas affiliés au Hamas ont pu dire que ce n’est pas la première fois que l’organisation terroriste fait l’objet d’une tentative d’intrusion par Israël, et ce n’est pas la dernière fois. Après tout, les assassinats ciblés nécessitent des sources proches de la cible. Et peut-être quelqu’un aux EAU, juste heureux de mettre la main sur une bonne histoire.

🔯Visitez nos autres sites🔯

✔️RakBeIsrael.buzz :   Les bonnes nouvelles d’Israël et les meilleurs conseils ✔️Ougasheli.com : Les recettes faciles pour toute la famille et les gourmands ! ✔️CQVC.online : Ce qu'on vous cache sur les médias (contre la désinformation) ✔️Alyaexpress.News : Tous nos sites réunis ✔️SOS NETIVOT : Toutes nos opérations avec la Roulotte du Hayal (soutien à Tsahal) ✔️IsraelChrono.com : Vos achats pour booster les petites entreprises israéliennes

Comment ajouter notre site sur l’écran d’accueil de votre téléphone ?
C'est très simple !
– Pour Android :
Rendez vous sur notre site : https://infos-israel.news/
Tapez sur le menu du navigateur, en haut, à droite de votre écran (3 points sur Google chrome)
Tapez sur « Ajouter à l’écran d’accueil »
– Pour Iphone :
Rendez vous sur notre site : https://infos-israel.news/
Cliquez le bouton « Partager » (carré en bas de l’écran, d’où sort une flèche)
Tapez sur « Sur l’écran d’accueil »
Tapez sur « Ajouter »

Pour le partage des articles sur votre site, contactez nous par avance (seul le lien URL est autorisé): sud.israel@yahoo.fr

Nous respectons les droits d'auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d'auteur sur les images mais aussi les sources. Si vous avez identifié une photo ou une source sur laquelle vous possédez des droits d'exclusivités, vous pouvez nous contacter et nous ferons le nécessaire pour modifier ou supprimer : sud.israel@yahoo.fr