Le ministre norvégien des Affaires étrangères, Eriksen Søreide, a annoncé aujourd’hui que, suite à une recommandation de la coalition en décembre, le gouvernement norvégien avait décidé de geler plus de 50% des fonds d’aide qu’il prévoyait transférer au ministère palestinien de l’Éducation d’ici 2020. Eriksen a ajouté que le déficit dépendrait de la capacité de l’Autorité palestinienne parce que des modifications ont été apportées à ses manuels. C’est la première fois que la Norvège gèle l’aide financière à l’Autorité palestinienne.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Cette annonce fait suite à la directive du Parlement norvégien de décembre 2019 de geler le financement du ministère palestinien de l’Éducation jusqu’à la réforme des manuels.
La directive citait le rapport «crédible» de l’institut de recherche IMPACT-se sur l’incitation à l’éducation palestinienne à la suite d’une campagne de l’institut avec le ministère des Affaires étrangères, le Parlement et les médias norvégiens.

Cette décision fait suite à la déclaration officielle de condamnation prononcée le mois dernier par le Parlement européen au sujet de l’incitation dans les nouveaux manuels palestiniens.

Le ministre des Affaires étrangères Eriksen Søreide a noté que le gouvernement norvégien avait soulevé la question lors d’une réunion avec le ministre palestinien de l’Éducation le 21 mai et lors d’une réunion avec le Premier ministre palestinien le 20 février, soulignant la position du gouvernement norvégien selon laquelle « il pourrait y avoir des implications budgétaires pour la future aide norvégienne ». Si aucune amélioration n’est apportée au programme scolaire, « et » le soutien économique peut cesser si des changements positifs dans le programme palestinien ne sont pas constatés dans un délai raisonnable « .

L’annonce est le résultat d’une vaste campagne médiatique politique menée par l’Institut norvégien de recherche et de politique IMPACT-se en Norvège, qui a révélé des séances d’information au ministère norvégien des Affaires étrangères, aux députés norvégiens de tous les manifestants de la coalition et aux médias norvégiens, faisant des recherches sur la radicalisation et la radicalisation des manuels. Pour la première fois, tous les accords et pourparlers de paix avec Israël ont été effacés depuis Oslo et ont mis en place davantage de contenu encourageant la mort, le jihad, la violence et la haine de l’autre, même en mathématiques et en sciences.

 

Citation du PDG d’IMPACT Marcus Scheff :

Il s’agit d’une décision sans précédent du ministre norvégien des Affaires étrangères Eriksen Søreide. Dans une mise en œuvre finale de la directive parlementaire en décembre 2019 visant à réduire l’aide norvégienne à l’éducation palestinienne jusqu’à ce que la haine des manuels scolaires soit prise, le ministre a pris position Pour l’autre paix et tolérance comme moyen de résoudre les conflits.

La Norvège est l’un des principaux pays du monde en matière d’éducation et d’aide aux pays en développement. Elle est à la pointe de l’aide économique et du dialogue avec l’Autorité palestinienne et son ministère de l’Éducation. Cette déclaration remarquable est un message clair que les dirigeants élus de la Norvège ne permettront pas que leur générosité soit exploitée quotidiennement pour la violence, la haine et l’incitation contre les Juifs et Israël dans les écoles palestiniennes.

 

Au cours de l’année écoulée, dans le cadre de la vaste campagne d’IMPACT-se, le nouveau contenu des manuels palestiniens est passé à l’ordre du jour mondial. Le mois dernier, le Parlement européen a adopté une décision de condamnation officielle sans précédent concernant l’incitation à l’éducation palestinienne et l’échec de l’Autorité palestinienne à empêcher cette incitation.

En mars de cette année, le gouvernement britannique a annoncé qu’il était « profondément préoccupé par les accusations d’incitation aux manuels de l’Autorité palestinienne » dans le discours du ministre du Moyen-Orient James Calverley et en réponse à une question parlementaire à ce sujet.

En décembre dernier, le Congrès américain a voté à l’unanimité pour une loi bipartite initiée par un membre du Congrès démocrate exigeant que l’administration publie un rapport annuel public sur le contenu éducatif palestinien.

En août de l’année dernière, l’ONU a publié un rapport condamnant l’incitation palestiniennes et a demandé leur retrait.

En avril 2019, Federica Mogherini a déclaré que l’UE mènerait une enquête officielle en son nom pour enquêter sur l’incitation dans les manuels.

[signoff}