Le Dr Richard L. Cravatts, chercheur en journalisme au Center for Freedom in Academic Freedom et président émérite des chercheurs pour la paix au Moyen-Orient, est l’auteur de Dépêches de la guerre des campus contre Israël et les Juifs.

L’ensemble de «l’occupation» est devenu une cible pour les professionnels de la santé et les scientifiques qui tentent de relier ce qu’ils appellent «l’oppression d’Israël» .

Les Juifs ont été accusés d’avoir blessé et assassiné des non-Juifs depuis le 12ème siècle en Angleterre, lorsque le juif converti au catholicisme, Theobald de Cambridge, a annoncé mensongèrement que les Juifs européens sacrifiaient rituellement des enfants chrétiens chaque année et buvaient leur sang pendant la saison de Pâques.

Cette calomnie médiévale, largement abandonnée dans l’Occident contemporain, apparaît cependant toujours comme faisant partie de la diffamation du monde arabe contre les juifs, maintenant transformée en calomnie contre Israël, le juif des nations. Mais dans le chœur régulier de diffamation contre Israël par un monde infecté par le palestinisme, une nouvelle tendance plus odieuse a commencé à se manifester : la diffamation du sang a été ravivée ; Cependant, pour positionner Israël (et par extension les Juifs) comme des agents démoniaques dans la communauté des nations, les fantasmes primitifs de la diffamation du sang sont maintenant masqués par un vernis d’érudition académique et publiés comme une étude scientifique politisée.

Par exemple, lors d’une session du 12 novembre de l’assemblée annuelle des Nations Unies, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a profité de la réunion pour frapper à nouveau Israël et l’accuser de compromettre les droits à la santé des Arabes palestiniens pendant la pandémie COVID-19.

Même l’Iran – où les homosexuels continuent d’être pendus à des grues et où les femmes sont lapidées à mort – s’est mis au travail, affirmant que le rôle pernicieux d’Israël dans les conditions de santé des Arabes palestiniens était pire que les conséquences de la pandémie en tous les autres pays, et que «l’occupation chronique d’Israël a de profondes implications pour la santé des Palestiniens. Plus de 12 ans de blocus inhumain ont eu un effet profond sur le secteur de la santé, aggravant une situation déjà désastreuse ».

Ce n’est pas un hasard si un seul sujet de l’émission s’est concentré sur un seul pays pour la critique et le débat : ce pays est Israël. Cette obsession mérite d’être signalée, en particulier à la lumière du fait que nous sommes au cœur d’une pandémie mondiale, qui touche tous les pays, sans parler d’autres crises sanitaires ailleurs qui, si elles ne concernent pas un seul pays, pourrait être traité de manière plus appropriée.

Le Yémen, par exemple, est un pays qui traverse actuellement ce que certains experts ont qualifié de pire crise humanitaire au monde, avec plus de 17 500 civils tués et blessés depuis 2015, dont un quart sont des femmes et des enfants. Plus inquiétant sont les rapports selon lesquels plus de 20 millions de Yéménites sont «en insécurité alimentaire» et 10 millions d’entre eux risquent la famine.

Et bien que dans la procédure, seule la Syrie ait été mentionnée comme victime de la soi-disant occupation israélienne du Golan, elle n’a pas parlé de la guerre civile dans ce pays, un conflit qui a déjà coûté la vie à quelque 500 000 personnes, dont plus de 55 000 les enfants. Avec près de 12 millions de personnes en Syrie qui ont besoin d’une aide humanitaire et des millions qui sont devenus des réfugiés, on estime que 95% des Syriens n’ont pas de soins de santé adéquats.

Mais, sans surprise, seul le comportement d’Israël a été critiqué et seules les conditions de santé présumées de l’Arabe palestinien ont été mises en évidence. L’OMS a également voté en faveur d’une résolution visant à adopter un rapport du Secrétaire général de l’ONU à la santé, intitulé «Conditions de santé dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est, et dans le Golan syrien occupé», qui, entre autres conclusions subjectif, a constaté que «les Palestiniens vivant sous occupation chronique sont exposés à des niveaux élevés de violence».

Bien sûr, l’agression terroriste palestinienne implacable contre les citoyens israéliens et les FDI n’a pas été déclarée, sans parler des pluies de roquettes et de mortiers que le Hamas a jugé bon de lancer arbitrairement contre les quartiers civils israéliens, ou les cerfs-volants incendiaires et les ballons explosifs qui Leur seul but est de détruire la propriété juive et, espérons-le, de tuer des juifs.

«En 2019», indique le rapport, «134 Palestiniens ont été tués et 15 492 blessés dans le contexte de l’occupation et du conflit, [et] 80% des morts et 76% des blessés se trouvaient dans la bande de Gaza. alors que la violence contre les manifestants se poursuivait dans le contexte de la «Grande marche du retour» dans la bande de Gaza ».

Bien sûr, la complicité des Arabes palestiniens dans leur propre situation n’est pas mentionnée, il n’y a aucune référence aux quinze années d’agression génocidaire du Hamas depuis le retrait d’Israël de Gaza, ni l’échec des dirigeants arabes palestiniens à essayer. même commencer à construire une société civile et un gouvernement fonctionnel. Toute pathologie et échec, y compris la santé et le bien-être de l’ensemble de la société arabe palestinienne, est la faute d’Israël, du fait de son « siège », de son « blocus », de son « oppression » et de ses diverses incursions pour réprimer certaines des 15 000 attaques à la roquette du Hamas qui ont visé des villes du sud d’Israël pendant des années.

Ce n’est pas du tout un rapport scientifique, mais plutôt un trottoir politisé et subjectif visant à diaboliser Israël et à lui attribuer le blâme total pour un conflit politique et militaire très complexe qui dépasse de loin la connaissance de ces personnes particulières.

Cela n’a pas empêché les auteurs du rapport d’affirmer que non seulement la santé physique des Arabes palestiniens est compromise par l’occupation israélienne, mais aussi leur santé mentale. « La santé mentale et les problèmes psychosociaux représentent l’un des défis les plus importants pour la santé publique », selon le rapport, et « … le territoire palestinien occupé a le plus lourd fardeau de troubles mentaux dans la région de la Méditerranée orientale. » En 2019, l’OMS a estimé qu’une personne sur cinq (22,1%) dans les situations de conflit et d’après-conflit souffrait de dépression, de trouble anxieux, de trouble de stress post-traumatique, de trouble bipolaire ou de schizophrénie. Dans le territoire palestinien «occupé», cela signifie que plus de 250 000 personnes ont besoin d’interventions psychosociales et de santé mentale essentielles ».

Toute l’«occupation» est devenue une cible pour les professionnels de la santé et les scientifiques essayant de lier ce qu’ils appellent «l’oppression d’Israël» en général avec une foule de pathologies dans la société arabe palestinienne.

Il ne devrait pas être tout à fait surprenant que la culture arabe palestinienne, qui endoctrine les enfants dans une haine pathologique de « l’oppresseur sioniste », promeut la mort et le martyre comme une norme culturelle positive, rejette la paix et toute négociation avec Israël comme une trahison et antithétique à la solidarité arabe, et… dans le cas du Hamas, du moins, cela implique de vivre selon une charte qui appelle explicitement au meurtre des Juifs où qu’ils se trouvent, qui étant donné ces nombreuses pathologies sociales et culturelles complexes et troublantes, Les Arabes palestiniens peuvent très bien souffrir de «dépression, de trouble anxieux, de stress post-traumatique».

La question évidente mais sans réponse, bien sûr, est, dans quelle mesure la survenue de ces problèmes de santé mentale est-elle le résultat de la culture arabe palestinienne elle-même ?

Le rapport n’examine pas les effets du conflit sur les citoyens israéliens, qui peuvent souffrir de stress émotionnel en raison de l’agression génocidaire dirigée contre eux par divers ennemis djihadistes. Par exemple, l’inquiétude de l’OMS ne semble pas s’étendre aux enfants juifs qui ont grandi sous la pluie de roquettes et de mortiers lancés par le Hamas (75% à 94% d’entre eux vivent à Sderot et ont entre 4 et 18 ans, par exemple, montrent des symptômes de SSPT), ni ne réclame la fin du terrorisme que les nécessaires opérations militaires israéliennes à Gaza ont tenté de réduire.

Le rapport de l’OMS et l’inimitié envers Israël ne sont pas uniques, et d’autres organisations dirigées par des militants anti-israéliens fournissent leurs propres recherches pseudoscientifiques dans le cadre de la guerre cognitive contre Israël.

Une haineuse particulièrement corrosive d’Israël, Alice Rothchild, par exemple, a présenté il y a plusieurs semaines une conférence à l’Université de Harvard pour un cours intitulé «Médecine et conflit : l’histoire et l’éthique de la guérison dans les bouleversements politiques». Rothchild, membre très visible du groupe toxique anti-Israël Jewish Voice for Peace (JVP) , est un médecin à la retraite et fondateur du JVP Health Advisory Council, dont le seul but semble être de rassembler des statistiques sur la santé afin de diaboliser les gens. Israël. Lors de sa conférence à Harvard, l’attitude dominante du JVP envers Israël a été clairement mise en évidence par l’affirmation de Rothchild selon laquelle « le nœud du problème » et la « question fondamentale » du conflit israélo-palestinien est le « racisme fondamental » des Juifs israéliens ( !).

Ce point de vue, selon lequel les politiques et le comportement d’Israël sont la source de toutes les souffrances des Palestiniens arabes, est révélé dans cette découverte typique dans l’un des rapports du Conseil consultatif de la santé. «La violence pendant les opérations militaires affecte à la fois les hommes et les femmes», a-t-elle déclaré, «mais les femmes sont souvent confrontées à un ensemble unique de défis». Et le rapport suggérait que «Pour les Palestiniennes de Gaza… Le blocus israélien exacerbe la violence à laquelle elles sont confrontées », et« les femmes palestiniennes dont le mari a été directement exposé à la violence politique étaient 47% plus susceptibles de déclarer avoir subi des violences psychologiques de la part de leur partenaire intime, 89% plus susceptibles de déclarer avoir subi des violences physiques et 2,2 fois plus susceptibles de déclarer avoir subi des violences sexuelles » .

Cette étude, bien sûr, n’a jamais choisi d’examiner les effets du conflit sur les maris et les femmes israéliens, mais dépeint plutôt les maris arabes palestiniens qui infligent des violences sexuelles et physiques à leurs femmes comme des victimes elles-mêmes, victimes de la redoutable «occupation» du territoire palestinien ».

Les traditions culturelles du Moyen-Orient qui permettent aux hommes de dominer totalement les membres de la famille, de traiter les femmes comme des biens et même de commettre des crimes d’honneur lorsque les femmes font honte aux membres masculins de la famille ne sont pas inclus dans l’équation émotionnelle de la violence conjugale palestinienne. C’est «l’occupation» israélienne, et seulement cela, qui cause de telles conditions de santé mentale délétères, la «violence entre partenaires intimes», dans les mariages palestiniens.

La conclusion non déclarée mais implicite de ce rapport trompeur aurait pu être : «L’occupation m’a fait battre ma femme» .

En 2018, le Conseil consultatif sur la santé du JVP a publié une déclaration intitulée «L’harmonisation des soins de santé» condamnant «le recours croissant au refus de permis et à l’accès aux médicaments et aux thérapies pour les résidents de Gaza par le Gouvernement israélien ».

Le Conseil a abandonné la suggestion selon laquelle les actions d’Israël étaient nécessaires en raison de la nouvelle et mortelle technique palestinienne consistant à essayer de tuer des juifs, à savoir les cerfs-volants et les ballons incendiaires lancés de Gaza vers Israël, des dispositifs qui ont provoqué une moyenne de 12 incendies par jour – 678 incendies en tout – et détruit plus de 6000 acres de forêts et de champs agricoles. JVP, bien sûr, n’a attribué aucun blâme aux sociopathes de Gaza qui ont utilisé ces appareils pour tenter de nuire à Israël et d’assassiner les Juifs. Au lieu de cela, sa conclusion était, sans surprise, qu’Israël était responsable de la terreur qui lui avait été imposée, que « les cerfs-volants et les ballons sont le symptôme d’une maladie plus grave, l’emprisonnement de deux millions de Gazaouis dans un catastrophe humanitaire de plus en plus désespérée ».

Les partisans de la cause arabe palestinienne en sont venus à accepter le fait qu’Israël ne sera pas vaincu par l’utilisation d’outils de guerre traditionnels. Au lieu de cela, les ennemis de l’État juif, incités par les ONG occidentales et les élites universitaires et médiatiques, ont commencé à utiliser des tactiques différentes, mais tout aussi dangereuses, pour délégitimer et finalement détruire Israël dans une guerre cognitive.

En déguisant de vieilles haines contre les juifs, comme l’ont fait l’OMS et le JVP, combinée à un objectif présumé de rechercher la justice sociale pour les opprimés, et en reconditionnant les vilains préjugés comme de la recherche médicale et sanitaire apparemment pure, eux et d’autres Les ennemis idéologiques d’Israël ont trouvé un moyen efficace, mais haineux, de s’assurer que le juif des nations, Israël, reste accusé de fomenter le chaos social et de causer du tort et la mort aux non-juifs.

C’est un trope vicieux et laid dans l’histoire séculaire de la plus ancienne haine du monde : que les Juifs nourrissent encore des impulsions meurtrières, sadiques et inhumaines contre les non-juifs et souhaitent les blesser ou les assassiner – en ce jour avec les Arabes palestiniens, qui des actes de terreur odieux, victimes de longue date du Juif des nations, Israël.

Le Dr Richard L. Cravatts, chercheur en journalisme au Center for Freedom in Academic Freedom et président émérite des chercheurs pour la paix au Moyen-Orient, est l’auteur de Dépêches de la guerre des campus contre Israël et les Juifs.

Via: Arutz Sheva

Nous avons lancé une chaîne officielle Telegram avec les informations les plus importantes et les articles les plus intéressants. Rejoignez le lien:  https://t.me/infoisraelnews

🔯Visitez nos autres sites🔯

✔️RakBeIsrael.buzz :   Les bonnes nouvelles d’Israël et les meilleurs conseils

✔️Ougasheli.com : Les recettes faciles pour toute la famille et les gourmands ! ✔️CQVC.online : Ce qu'on vous cache sur les médias (contre la désinformation) ✔️Alyaexpress.News : Tous nos sites réunis ✔️SOS NETIVOT : Toutes nos opérations avec la Roulotte du Hayal (soutien à Tsahal) ✔️IsraelChrono.com : Vos achats pour booster les petites entreprises israéliennes

🟦 ANNONCE 🟦

 
Comment ajouter notre site sur l’écran d’accueil de votre téléphone ?
C'est très simple !
– Pour Android :
Rendez vous sur notre site : https://infos-israel.news/
Tapez sur le menu du navigateur, en haut, à droite de votre écran (3 points sur Google chrome)
Tapez sur « Ajouter à l’écran d’accueil »
– Pour Iphone :
Rendez vous sur notre site : https://infos-israel.news/
Cliquez le bouton « Partager » (carré en bas de l’écran, d’où sort une flèche)
Tapez sur « Sur l’écran d’accueil »
Tapez sur « Ajouter »

Pour le partage des articles sur votre site, contactez nous par avance (seul le lien URL est autorisé): sud.israel@yahoo.fr

Nous respectons les droits d'auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d'auteur sur les images mais aussi les sources. Si vous avez identifié une photo ou une source sur laquelle vous possédez des droits d'exclusivités, vous pouvez nous contacter et nous ferons le nécessaire pour modifier ou supprimer : sud.israel@yahoo.fr