Nasrallah menace: « Les manifestations se termineront par une guerre civile aux mains d’Israël »

Le dirigeant du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a averti les Libanais de la menace d’une guerre civile qui pourrait naître des manifestations sociales de masse de la semaine dernière à Beyrouth, à Tripoli, Side et dans d’autres villes du Liban.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

S’exprimant après le début des troubles, le secrétaire général du Hezbollah a déclaré que des forces extérieures tentaient de semer le chaos dans le pays et de tirer parti de cette situation. Parmi eux, il a nommé Israël. « Qu’est-ce que cela signifie quand les Israéliens amènent les Libanais vivant dans l’éducation sioniste à la frontière afin qu’ils manifestent leur solidarité avec les manifestations? », a déclaré Nasrallah à Al-Manar. On ne sait pas ce cela veut dire, mais il n’a pas donné d’autres exemples comme des « activités subversives » d’Israël.

Le Hezbollah, complètement désintéressé par la chute du gouvernement, a observé en silence des milliers de manifestations pendant plusieurs jours. L’un des slogans de ces manifestations a été de plus en plus d’appels à la démission des ministres du bloc du Hezbollah («Tout veut tout dire»), ainsi qu’à faire de l’armée nationale libanaise la seule force militaire au Liban.

Finalement, le Parti d’Allah a choisi la tactique de provoquer la violence, puis de faire revivre le spectre d’une guerre civile profondément ancrée dans la conscience des Libanais.

Des groupes de jeunes portant des drapeaux du Hezbollah sont apparus dans les villes. Ils se sont fait écraser, parfois à moto, et des manifestants les ont attaqués.

Publicité 

Dans plusieurs cas, des soldats de l’armée nationale libanaise sont venus au secours des manifestants et ont repoussé les voyous.

Les dirigeants du Hezbollah ont déclaré à plusieurs reprises qu’ils n’avaient organisé aucune colonne et n’avaient aucun lien de parenté avec des personnes portant des banderoles jaunes. «Les provocateurs de la rue Riad al-Salah ne font pas partie de notre organisation et s’ils sont nos partisans, nous leur demandons de quitter la ville et de manifester de manière non violente », ont déclaré les dirigeants du parti chiite dans une déclaration après une nouvelle attaque contre les manifestants à Beyrouth.

D’un côté, le Hezbollah ne veut pas que la population soit sourd à ses besoins et à ses problèmes, et soutient donc la suppression des taxes excessives. Mais de l’autre, il craint qu’un vaste mouvement social le prive de pouvoir politique et crée une dynamique totalement nouvelle dans la société.

Il existe un précédent: l’assassinat de Rafik Hariri, le père de l’actuel Premier ministre, a conduit en 2005 à la création d’un large front anti-syrien. Le Hezbollah a ensuite été poussé dans toutes les directions et la tentative du nouveau gouvernement pro-occidental de prendre le contrôle des communications du parti chiite a mis le pays au bord de la guerre civile.

Le partage de nos articles est autorisé par les autres sites avec les conditions suivantes :

Un seul paragraphe publié et diriger le lecteur vers notre site source.

Nous demandons cela car le manque d'audience d'un site le met en danger et aussi par professionnalisme. En effet, nous sommes en ligne depuis 10 ans et partageons avec grand plaisir nos articles.

Merci de respecter nos conditions.

   
🟦 ANNONCE 🟦