Syrie: 8845 morts et une revolution pour la liberté…

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

🟦 ANNONCE 🟦

Un total de 7,043 personnes. C’est le nombre de civils qui sont morts dans le pays depuis le début de la répression par le gouvernement de Bachar el-Assad . Pendant ce temps, l’armée a tué 1.783 personnes, laissant le total des morts du conflit à 8845 victimes, selon le Centre de documentation des violations des droits humains syriens (CDV), une organisation qui collabore avec les comités des opposants de la Coordination locale.

La répression par les forces de sécurité fidèles à Asad et la lutte contre les agents et les manifestants de l’opposition militaire et armés, le lundi a mis fin aux vies de 125 personnes dans différentes parties de la Syrie, 89 de ces victimes dans la ville assiégée de Homs .

Publicité 

La répression des forces de sécurité a coûté la vie à 610 enfants tués, la plupart des garçons (484). La plupart des victimes de la répression du gouvernement et des affrontements entre loyalistes et opposants de Asad sont des hommes, soit un total de 7,937 décès, comparativement à 278 femmes.

Par zone, la région les plus durement touchés par l’action des forces du régime est la province de Homs, en accumulant 3.173 décès, suivies par Hama, avec 1.164 décès, Idlib,  1142, et  Damas, qui a tant souffert avec 985 pertes de vie dans le ville et ses banlieues.

Le CDV est de 20,268 personnes détenues par le régime depuis le début des protestations contre Assad. Damas, où la plupart des arrestations, avec 8,022 personnes derrière les barreaux, suivie par Idlib (1451), Hama (1286), Homs (1114) et d’Alep, la deuxième ville du pays, totalisant 996 détenus, selon Europa Press.

En outre, les pays arabes et la Turquie ont présenté lundi un projet de résolution sur la répression et la proposition de re-condamne le régime syrien au sein de l’Organisation des Nations Unies. La proposition a été distribué par le Koweït, le Qatar, l’Arabie saoudite et la Turquie au siège des Nations Unies à Genève, selon le Dpa.

Il n’est pas clair, cependant, si le texte sera finalement voté à l’Assemblée. L’Assemblée générale avait voté le 16 Février , par une large majorité la résolution condamnant le régime d’Assad.

Au lieu de cela, le Conseil de sécurité de l’ONU, avec une force contraignante, ne pouvaient pas voter dans les derniers mois en raison d’une résolution condamnant le refus de la Russie et la Chine , deux pays avec droit de veto. A cette occasion, les représentants de Moscou ont indiqué qu’ils s’opposent à un débat sur le Conseil des droits humains, à la condition que le résultat n’implique pas une décision écrite.  Dans la pratique, une résolution adoptée par l’Organisation des Nations Unies Conseil des droits  n’aurait aucun effet.

Dans un rapport publié la semaine dernière, une enquête indépendante des Nations Unies qui a déclaré que les forces gouvernementales syriennes avaient tiré et tué des femmes et des enfants désarmés , bombardé et torturé des zones peuplées dans les hôpitaux et blessé des manifestants sur les ordres de «niveau supérieur» Armée et du gouvernement.

Le secrétaire d’État aux Affaires étrangères du Royaume-Uni, Jeremy Browne, a demandé que le Conseil proroge le mandat de cette commission afin de continuer à enquêter sur les crimes. D’autre part, il a exprimé sa préoccupation concernant les forces de l’opposition qui ont également commis des violations des droits de l’homme, quoique sur une échelle beaucoup plus petite.

Lundi, le ministre des Affaires étrangères de la France, Alain Juppé, a exhorté la communauté internationale à « commencer à préparer et les conditions » pour mettre fin au régime syrien devant la Cour pénale internationale pour des crimes commis contre des civils.

🟦 ANNONCE 🟦