Vous avez moins de chance de rentrer dans l’unité d’élite 8200 si vous êtes séfarade et habitait le sud !

Un rapport publié par le journal « Yediot Aharonot » aujourd’hui, dimanche, a révélé que l’unité d’élite du renseignement militaire, qui est le fer de lance de la cyberguerre israélienne, connue sous le nom d’Unité 8200, reflète dans sa composition démographique et ethnique l’état de polarisation ethnique et économique dans la société israélienne, donnant une priorité aux enfants riches, qui appartiennent principalement aux Juifs ashkénazes occidentaux, qui vivent dans les villes fortes d’Israël telles que Tel Aviv, Herzliya, Ramat Hasharon et Raanana, bien devant les enfants des classes moyennes qui vivent dans des villes éloignées, qui sont situées dans les périphéries, comme les villes de Sderot et Netivot dans le Néguev.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Selon les données que le journal dit avoir obtenues, il est évident que le pourcentage de personnes des villes riches habitées par les Ashkénazes de l’Ouest, dans l’unité 8200, qui qualifie ses diplômés pour travailler dans le secteur de la haute technologie et dans diverses entreprises de sécurité, est trois fois plus élevé que le pourcentage d’enfants séfarades et des villes «faibles» sur le plan économique, comme Sderot et Netivot.

Le journal a souligné que l’unité susmentionnée est la plus recherchée parmi les recrues, en raison de ce qui donne à son diplômé un avenir prometteur dans les industries de haute technologie et de sécurité. L’étoile de cette unité a augmenté ces dernières années, et la demande pour la rejoindre a considérablement augmenté, ce qui a même affecté le taux de participation des unités de combat conventionnelles de l’armée, telles que les unités Golani et Givati.

🟦 ANNONCE 🟦

Le journal cite des sources au sein de l’unité, selon lesquelles les jeunes des villes israéliennes riches et ashkénazes de la majorité de ses habitants de ces enfants exercent des pressions pour garantir leur choix dans cette unité, afin de leur garantir une «carrière militaire» distinguée et une carte pour entrer dans le secteur des affaires après l’armée, et pour établir leur place dans les couches économiques et sociales supérieures dans la société israélienne.

Selon le rapport, les habitants de ces villes exhortent leurs enfants à se préparer aux examens de classification militaire, en particulier en ce qui concerne le niveau de scolarité au secondaire, et à assurer un certificat avec des notes élevées, en particulier dans les matières mathématiques et informatiques, avec l’allocation de ressources financières importantes pour atteindre ces résultats en finançant les cours. Surtout des cours distingués qui assurent la réussite de leurs enfants aux examens de classement de l’unité tant appréciée, avec des ressources inaccessibles aux classes moyennes et faibles des villes habitées par les séfarades, en particulier dans le sud.

Publicité 

Selon les mêmes données publiées par le journal, il est clair, par exemple, que la ville de Hod Hasheron, dont la population ne constitue que 0,7% de la population, la représentation de ses habitants dans cette unité est de 2,16%, comme pour la ville de Ramat Hasharon, qui se trouve également dans le centre d’Israël, même si sa population ne représente que 0,52 % de la population d’Israël, le pourcentage de soldats dans l’unité susmentionnée de cette ville est de 1,74%.

De même, dans la ville d’Herzliya, la plus célèbre des villes d’Israël en termes de composition démographique, les Ashkénazes sont occidentaux, et elle est considérée comme l’une des villes les plus riches, le pourcentage de sa population sur la population totale d’Israël est de 1,08%, tandis que le pourcentage de ceux qui servent dans l’unité 8200 des habitants d’Herzliya est de 2,24%.

D’autre part, dans la plupart des villes éloignées, dans lesquelles il y a beaucoup de séfarades constitue le plus grand composé de leur population, et avec une grande majorité, les taux d’inscription et de classification des diplômés de ces villes sont très faibles par rapport au pourcentage de résidents de ces villes sur la population totale d’Israël.

La population de la ville de Sderot dans le Néguev, par exemple, constitue 0,3% de la population d’Israël, mais le pourcentage de ses habitants qui ont été classés dans l’unité 8200 n’est que de 0,13%. De même, dans la ville de Ramle, dont la population atteint 0,83% de la population d’Israël, le pourcentage de ceux qui ont rejoint l’Unité 8200 ne dépasse pas 0,37%.

Un conseil, une info, une question ? Contactez nous !

Connaissez vous nos autres sites ? Répondez à ce questionnaire 

Abonnez vous à notre nouvelle Newsletter 

ABONNEZ VOUS A NOTRE COMPTE YOUTUBE

 

🟦 ANNONCE 🟦