Les dirigeants européens luttent pour réduire les tensions entre les États-Unis et l’Iran, craignant que la sortie de l’Iran de l’accord sur le nucléaire puisse signifier une catastrophe mondiale.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Vendredi, l’Europe cherchera des moyens d’éloigner les États-Unis et l’Iran d’un conflit ouvert, sachant qu’une erreur de calcul de l’une ou l’autre partie pourrait laisser le bloc face à une guerre et à une grave crise de prolifération nucléaire à ses portes.

Lors d’une rare réunion d’urgence, les ministres des Affaires étrangères de l’UE, qui seront rejoints par le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, peuvent éviter toute réponse diplomatique sévère pour l’instant après que Washington et Téhéran se soient retirés d’une conflagration après l’élimination  d’un général iranien en Irak par les États-Unis et des attaques de missiles en représailles de l’Iran sans pertes militaires.

 » La volonté de l’Iran d’empêcher l’intensification de la crise nous a apporté du temps, cela a pour effet de la calmer un peu « , a déclaré à Reuters un diplomate européen de haut rang.

Mais le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a averti avant la réunion de l’après-midi que l’Iran pourrait avoir une arme nucléaire dans un ou deux ans si le pays rompait complètement avec un accord de confinement nucléaire conclu avec les puissances mondiales en 2015.

 

 » S’ils continuent de démêler l’accord de Vienne, alors oui, dans un délai assez court, entre un et deux ans, ils pourraient avoir accès à une arme nucléaire, ce qui n’est pas une option « , a déclaré Le Drian sur la radio RTL.

L’Iran a progressivement écarté les limites de l’accord sur son enrichissement d’uranium pour le combustible nucléaire depuis que le président Donald Trump a retiré les États-Unis de l’accord en 2018, exigeant des restrictions plus strictes sur l’Iran.

L’Iran a déclaré que ses mesures pour s’éloigner de l’accord étaient réversibles si Washington y revenait et levait les sanctions paralysantes qui ont étranglé une grande partie du commerce pétrolier vital de Téhéran.

 

Les tensions au ralenti ont mis en évidence les luttes de l’Europe pour influencer les deux parties et jouer un rôle de médiateur avec les puissances européennes, la Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne qui tentent désespérément de faire pression sur l’Iran pour qu’il adhère au pacte nucléaire.

Ils veulent également convaincre Trump, qui leur a demandé mercredi de se joindre à lui pour se retirer de l’accord nucléaire, qu’ils sont des alliés solides qui ne seront pas trompés par Téhéran.

Jeudi soir, le plus haut diplomate de l’UE, Josep Borrell, s’est entretenu par téléphone avec le secrétaire d’État américain Mike Pompeo.

« Nous devons coordonner et maximiser l’effet que tout le monde a en essayant de réduire l’ampleur de ce que font les Iraniens, mais c’est la même chose pour les Américains. Ce qui inquiète le plus, c’est une erreur de calcul », a expliqué une source diplomatique française.

VIOLATIONS NUCLÉAIRES
La décision de l’Iran lundi d’éliminer toutes les restrictions d’enrichissement a également laissé les puissances européennes dans une position délicate.

L’Iran a nié à plusieurs reprises que son programme nucléaire avait des fins militaires plutôt que civiles. Mais il a déjà enfreint de nombreuses restrictions de l’accord visant à augmenter le temps nécessaire à Téhéran pour accumuler suffisamment de matières fissiles pour une bombe atomique de deux à trois mois à environ un an.

Les dernières annonces pourraient commencer à réduire ce délai et les trois puissances européennes, qui, avec la Russie et la Chine ont tenté de sauver l’accord depuis le retrait de Trump, souhaitent envoyer un message ferme selon lequel les violations sont inacceptables.

Ils ont accepté d’entamer un processus de règlement des différends dans le cadre de l’accord de 2015 qui pourrait conduire à de nouvelles sanctions de l’ONU contre Téhéran, mais ils ont douté du moment de peur que l’Iran réagisse mal, compte tenu de sa confrontation actuelle avec Washington.

Malgré ses mouvements, l’Iran a déclaré que l’agence de contrôle nucléaire des Nations Unies, l’AIEA, pouvait poursuivre ses inspections sur place sur ses sites atomiques, laissant une marge de manœuvre à la diplomatie.

« L’ Iran n’a pas fixé d’objectifs ni de délais pour les objectifs d’enrichissement d’uranium, ce qui nous laisse du temps « , a déclaré un deuxième diplomate de l’UE.

Un troisième diplomate de l’UE a déclaré que la décision d’ouvrir le processus avait été prise, mais vendredi était peu probable.

 » On craint que cela ne déclenche une escalade iranienne « , a déclaré un diplomate européen.

Certains des lecteurs me disent qu'ils ne recoivent plus les notifications d'Infos Israel News et des autres sites comme Rak Be Israel ou CQVC, je vous ai fait cette petite vidéo pour vous aider à faire revenir les notifications de façon très simple ! 🙂 Bonne journée à tous !    


 
Comment ajouter notre site sur l’écran d’accueil de votre téléphone ?
C'est très simple !
– Pour Android :
Rendez vous sur notre site : https://infos-israel.news/
Tapez sur le menu du navigateur, en haut, à droite de votre écran (3 points sur Google chrome)
Tapez sur « Ajouter à l’écran d’accueil »
– Pour Iphone :
Rendez vous sur notre site : https://infos-israel.news/
Cliquez le bouton « Partager » (carré en bas de l’écran, d’où sort une flèche)
Tapez sur « Sur l’écran d’accueil »
Tapez sur « Ajouter »

Pour le partage des articles sur votre site, contactez nous par avance (seul le lien URL est autorisé): sud.israel@yahoo.fr

Nous respectons les droits d'auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d'auteur sur les images mais aussi les sources. Si vous avez identifié une photo ou une source sur laquelle vous possédez des droits d'exclusivités, vous pouvez nous contacter et nous ferons le nécessaire pour modifier ou supprimer : sud.israel@yahoo.fr