La colère erronée des Juifs de la diaspora contre la politique d’interdiction d’entrée en Israël face à la pandémie

Éditorial publié par Ruthie Blum (The Jerusalem Post).

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

🟦 ANNONCE 🟦

Avec tout le respect que je dois à la sensibilité des Juifs de la diaspora, s’offusquer de l’interdiction d’entrée dans le pays du gouvernement israélien est aussi ridicule que la fermeture de la frontière elle-même. Il en va de même pour les Israéliens qui sont empêchés de voyager vers diverses destinations à travers le monde, en particulier les États-Unis et le Canada, où beaucoup ont des parents directs.

Au lieu de se plaindre du prétendu fossé que ce chaos provoque entre la diaspora et l’État juif, tout le monde – à l’exception de ceux qui croient réellement que l’enfermement des gens est une mesure sanitaire justifiée – devrait condamner la politique dans son ensemble.

Si le coronavirus est le problème ici, et qu’aucune distance sociale, port de masques et tests PCR avant ou après le vol d’un endroit à un autre ne peut protéger contre la propagation de la pandémie, aucune exception ne devrait être faite pour qui que ce soit en aucune circonstance.

Les virus ne font pas de discrimination. Ils ne tiennent pas non plus de comités pour déterminer si un mariage, la naissance d’un petit-enfant, des funérailles ou la visite d’un haut responsable de Washington sont des motifs d’exemption de l’infection.

Non, ce sont les politiques qui le font.

Pour ne pas reconnaître qu’ils ont franchi la ligne lorsqu’il s’agit de couper les libertés civiles, ils pointent du doigt les recommandations des autorités sanitaires. Peu importe que tous les professionnels de la santé, même certains de ceux qui participent aux interminables réunions réglementaires, n’aient des points de vue cohérents. Cependant, lorsqu’il s’agit de déterminer le sort de nos vies et de nos moyens de subsistance, la majorité règne – c’est-à-dire la majorité au sein du cabinet des coronavirus.

Même cela pourrait être acceptable dans une certaine mesure si la logique et la cohérence prévalaient. Au contraire, les directives changent toutes les cinq minutes, et ne reposent pas sur des données, de toute façon douteuses, mais sur lesquelles l’acteur est capable de faire entendre sa voix et d’être craint à tout moment.

Ainsi, la ministre de l’Intérieur, Ayelet Shaked, avec l’accord du ministère de la Santé, a succombé à la pression des Israéliennes enceintes dont les parents sont étrangers et a accepté de leur permettre d’entrer dans le pays une semaine avant la date d’accouchement de leurs filles. Cependant, l’exception ne s’applique pas aux futurs grands-parents paternels.

De plus, en raison des plaintes, la Commission de la Constitution, du droit et de la justice de la Knesset (parlement israélien) a voté en faveur de l’autorisation de travailler à l’étranger ou d’avoir des parents proches dans un pays « rouge » – avec un taux d’infection prétendument élevé et donc sur le liste d’interdiction de vol du gouvernement – peut y voyager de toute façon.

Les scientifiques ont-ils conclu que la variante Omicron, qui a causé la dernière hystérie, satisfera aux directives israéliennes ? Si c’est le cas, ils ont plus confiance dans le microbe que dans le grand public, qui peut à peine suivre les instructions absurdes.

Sans surprise, non seulement les détails de ce qui est autorisé et interdit dans les zones rouges, jaunes et vertes changent constamment, sans parler des limitations du « Ruban violet » et des exigences du Pass vert dans les centres commerciaux… Imaginez que vous essayez d’assembler un meuble Ikea avec des notes de bas de page sur les instructions déjà incompréhensibles et des dessins microscopiques de vis de différentes tailles. Ce serait amusant si ce n’était pas si frustrant.

Même les personnes qui insistent pour se conformer strictement aux lois contre le coronavirus – soit par peur réelle d’une maladie possible, soit en raison d’une tendance à l’obéissance – sont confuses. D’autres ne prennent tout simplement pas la peine de les apprendre et espèrent qu’ils ne seront pas condamnés à une amende pour les infractions. Ce dernier groupe ne peut pas totalement s’en tirer, bien sûr, surtout s’ils ont de jeunes enfants qui doivent être testés négatifs pour les antigènes afin d’aller à l’école.

Israël n’est en aucun cas seul dans sa lutte contre le COVID en général et Omicron en particulier. Tout le monde est tellement préoccupé, sinon obsédé par le virus et ses mutations, que toutes les autres maladies reçoivent peu d’attention. En fait, la nouvelle de tout décès est accueillie par la question de savoir s’il a été causé par le coronavirus.

Comme le reste de la population mondiale, les Juifs de la diaspora vivent avec cette réalité déformée depuis plus de deux ans. Le fait qu’ils soient plus que légèrement mécontents n’est pas seulement compréhensible, il est tout à fait justifié.

Mais pourquoi le prennent-ils personnellement ? Et pourquoi les membres du même gouvernement qui a fermé la frontière aux touristes se plaignent-ils que la mesure met en danger les relations avec les communautés juives extérieures ?

Par exemple, le ministre des Affaires de la diaspora, Nachman Shai, a averti mardi que « nous approchons d’un point de crise dans les relations entre Israël et la diaspora. Nous avons les moyens de maintenir la santé publique même sans fermer les frontières du pays aux Juifs du monde. Il est temps de considérer également les dommages généraux qui peuvent être causés à nos relations avec les Juifs de la diaspora.

Ses commentaires sont venus après un tollé des dirigeants juifs. L’un d’eux est le président de l’Organisation sioniste mondiale, Yaakov Hagoel, qui a annoncé sur un ton de protestation que « de nombreux Juifs ont des familles et des biens en Israël, et ils ne peuvent pas visiter le pays simplement parce qu’ils ont un passeport étranger ».

Le fait qu’ils aient un passeport étranger en fait des touristes et non des citoyens, peu importe à quel point ils sont étroitement liés à Israël par le sang, la sueur, les larmes, la propriété ou le sionisme. Ce qu’ils ont, c’est le droit automatique de retourner dans leur patrie – pour faire leur aliyah (immigration) – quelque chose que 27 050 Juifs ont fait cette année.

Cela ne veut pas dire que tous les Juifs doivent émigrer en Israël ou garder le silence sur les politiques coronariennes de l’État. Au contraire, j’aimerais que davantage de Juifs de tous bords protestent haut et fort contre les règles anti-coronavirus arbitraires et incohérentes, où qu’elles soient imposées.

Quiconque a pu se rendre à l’aéroport Ben Gourion pendant les différentes vagues de la pandémie peut constater les contradictions. Bien que tous les passagers à l’arrivée aient un test PCR négatif avant l’embarquement et soient tenus de porter un masque pendant tout le voyage, chacun doit passer un autre test à l’arrivée, puis s’auto-isoler jusqu’à recevoir un résultat négatif, généralement entre plusieurs heures et une journée plus tard.

Pendant ce temps, tout le monde fait la queue pour se rendre aux cabines d’essai, se blottissant pour attendre les taxis ou autres moyens de transport. Ceux qui doivent être mis en quarantaine pendant une semaine doivent partir au bout des sept jours pour se faire mettre un autre écouvillon dans le nez, puis ils sont à nouveau isolés jusqu’à ce qu’ils soient libérés sur un résultat négatif.

Ce n’est pas parce que cela signifie fréquenter un site de test généralement surpeuplé que les décideurs sont contre leurs propres objectifs.

De toute évidence, ni les normes ni les failles ne sont responsables de la transmission de la variante Omicron, qui se propage comme une traînée de poudre, même parmi les personnes vaccinées trois fois. Malheureusement, le fait qu’il se manifeste principalement comme une version du rhume est occulté par les politiciens et les experts de la santé sur lesquels ils s’appuient. C’est cette parodie que toute personne souhaitant entrer et quitter Israël devrait critiquer.

Le fait est que les Juifs de la diaspora n’ont pas besoin de se sentir lésés par une politique qui est tout aussi intolérable pour les citoyens israéliens. Ses liens avec le pays sont aussi hors de propos dans ce cas que l’essentiel des méthodes utilisées pour freiner la propagation du virus.

Par conséquent, le gouvernement ne leur doit aucune excuse ni exemption. Elle doit simplement rouvrir les cieux à tous, et le plus tôt sera le mieux.

Auteur : Ruthie Blum – The Jerusalem Post.



Je rappelle à tous les lecteurs qu’il y a trois sites liés à la société d'informations de défense d'Israel de la société reconnue Alyaexpress-News 1) Le site Infos Israel News avec le lien Telegram à partager : Lien Telegram à partager : https://t.me/infoisraelnews Lien du site Infos Israel à partager : https://infos-israel.news/
  2) Le site RAK BE ISRAEL pour les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel, pas forcément que la guerre et les attentats, mais aussi les nouvelles decouvertes technologiques, medicales, écologiques, ...et les bons conseils pour nos olim de France ! Lien du site Rak Be Israel à partager : https://rakbeisrael.buzz/
  3) Le site CQVC est plus dans la recherche, les analyses, et les preuves que l'Autorité palestinienne n'a jamais vraiment existé...de quoi vous defendre sur les groupes anti-sionistes, à mort les fakes news ! Lien du site à partager : https://cqvc.online/
  4) Rendez vous aussi sur le site de la société Alyaexpress-News qui réunit les infos de tous nos sites en même temps : Lien du site à partager : https://alyaexpress-news.com/
  5) Et le site Ougasheli pour ceux qui aiment la pâtisserie et la cuisine juive , des recettes qui sont illustrées et expliquées par Sabrina qui est une amoureuse de la bonne cuisine et la pâtisserie fine … Lien du site à partager : https://ougasheli.com/
  6) N'oubliez pas de faire votre shopping sioniste sur Israel Chrono : produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables ! Lien du site à partager : https://israelchrono.com/
  7 ) Cependant nous pensons aussi à nos lecteurs qui veulent se faire connaitre et qui auront la possibilité sur ce groupe d'Alya de 3600 personnes dont nous sommes administrateurs de poster un lien pour votre publicité afin de vous aider dans votre parnassa et votre alya ( les liens des groupes télégram sont interdits) Lien du groupe Alya sans langue de bois : https://www.facebook.com/groups/746330378765450 Partagez nos liens , c'est la seule chose que nous vous demandons en retour, nous ne demandons pas d'argent , pas de conditions , juste partager !
 

🟦 ANNONCE 🟦